Fermer
Union européenne

Le Canada et l’UE signent le traité de libre-échange CETA

Le #Accord - #Libre-échange - #Union Européenne
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le Canada et l’Union européenne ont signé à Bruxelles le traité de libre-échange CETA, destiné à dynamiser le commerce et l’emploi, après des semaines d’incertitude liée au rejet momentané de l’accord par le parlement de Wallonie. Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a signé le traité aux côtés des dirigeants des institutions européennes. Cette cérémonie ouvre la voie à l’entrée en vigueur partielle de l’accord début 2017, avec la suppression de la majeure partie des droits de douane. Le CETA va faire disparaître les tarifs douaniers sur près de 99 % des marchandises. Les bénéficiaires en seront, par exemple, les constructeurs automobiles et l’industrie textile de l’UE, dont les produits sont actuellement soumis à des droits de douane canadiens allant jusqu’à 18 %.

Les sociétés de services pourront aussi tirer parti du CETA et les entreprises de l’UE seront autorisées à répondre à des appels d’offres pour des contrats publics au niveau des provinces et des municipalités du Canada, ce qui sera une première.

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a estimé que le CETA ouvrait « de nouvelles opportunités respectant nos préférences sociales, environnementales ». Il a qualifié le CETA, d’accord « équilibré », parlant à son propos de « libre-échange maîtrisé ». Les partisans du CETA font valoir que cet accord va faire bondir de 20 % le commerce entre le Canada et l’UE et doper l’économie européenne de l’ordre de 12 milliards d’euros par an, et l’économie canadienne de 12 milliards de dollars canadiens (8,15 milliards d’euros).

Pour Ottawa, le CETA va aider à réduire la dépendance du Canada vis-à-vis des Etats-Unis en tant que marché d’exportation. Pour l’UE, c’est le premier accord commercial passé avec un pays du G7, et c’est un succès arraché au moment où la crédibilité du bloc européen est entamée par le référendum en faveur du Brexit.

« C’est un très long processus. Une très large majorité des gens, en Europe, sont favorables à l’Europe, mais des inquiétudes existent et nous nous devons d’y répondre », a déclaré Cecilia Malmström, Commissaire européenne au Commerce. « La Commission européenne ne peut pas le faire seule ».

Le CETA fait figure de tremplin vers un accord plus large entre l’UE et les Etats-Unis, le TTIP (traité de libre-échange transatlantique), que contestent vivement nombre de syndicats et d’organisations écologistes ou politiques en Europe. Cecilia Malmström estime que le TTIP n’est pas mort et a déclaré que les négociations se poursuivraient avec la future administration américaine issue de la présidentielle du 8 novembre. (REUTERS, ECHOS 30/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.