Fermer
France

Le budget de l’automobiliste a augmenté en 2016

Le #Budget - #Etude
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’Automobile Club Association vient de publier la dernière édition du « Budget de l’automobiliste français », qui a d’après lui augmenté davantage que l’inflation l’année dernière. Pour réaliser cette étude, l’ACA (940 000 membres revendiqués) s’est intéressé à quatre véhicules-types achetés neufs et utilisés pendant quatre ans. Il s’agit d’une Renault Clio à essence, d’une Dacia Logan diesel, d’une Peugeot 308 diesel et d’une Toyota Prius hybride. Dans les scénarios de l’ACA, les deux premières voitures ont roulé 8 469 km par an, tandis que les deux dernières en ont parcouru 15 739. La Clio à essence a affiché l’an dernier un budget en hausse de 1,5 %, à 5 883 euros. La hausse la plus modeste revient à la Logan, avec un budget en progression de 0,5 %, à 4 756 euros, tandis que celui de la Peugeot diesel a augmenté de 4,8 %, à 8 335 euros. Mais la plus forte hausse revient à la Prius, avec un budget en progression de 8,6 %, à 9 471 euros.

Les Français adeptes des voitures hybrides (essence-électricité) et diesel ont subi une nette hausse de leurs budgets en 2016, malgré des cours du pétrole en baisse, indique une étude de l’Automobile Club Association publiée le 30 mars. Comme chaque année pour son « budget de l’automobiliste », qui a d’après lui augmenté davantage que l’inflation l’année dernière, l’ACA (940 000 membres revendiqués) s’est intéressé à quatre véhicules-types achetés neufs et utilisés pendant quatre ans.

Il s’agit d’une Renault Clio à essence, d’une Dacia Logan diesel, d’une Peugeot 308 diesel et d’une Toyota Prius hybride. Dans les scénarios de l’ACA, les deux premières voitures roulent 8 469 km par an, tandis que les deux dernières en parcourent 15 739. La Clio essence a affiché l’an dernier un budget en hausse de 1,5 %, à 5 883 euros. La hausse la plus modeste revient à la Logan, avec un budget en progression de 0,5 %, à 4 756 euros, tandis que celui de la Peugeot diesel a augmenté de 4,8 %, à 8 335 euros. Mais la plus forte hausse revient à la Prius, avec un budget en progression de 8,6 %, à 9 471 euros.

Les hybrides, qui associent moteur thermique et électrique – leurs batteries étant rechargeables sur secteur – ont représenté 2,9 % des immatriculations de voitures particulières neuves en France en 2016, en baisse de 0,3 point, d’après le CCFA (Comité de constructeurs français d’automobiles). Ce repli d’une catégorie à l’image « verte » grâce à de faibles émissions de CO2 s’est effectué sur fond de réduction des bonus gouvernementaux à l’achat, passés à 750 euros en 2016, contre près du double l’année précédente. Cette moindre subvention s’est accompagnée d’une hausse des prix catalogue de la Prius, dont la nouvelle génération a été présentée fin 2015 : + 5,2 %, le poste « achat-reprise » bondissant même de 15 % en raison de la baisse des cotes d’occasion.

Malgré les multiples signes donnés par le gouvernement pour décourager les acheteurs de véhicules diesel, entre alourdissement des taxes sur le gazole, restrictions de circulation, voire interdiction à moyen terme dans certaines villes, l’acheteur de 308 diesel a été mieux loti que celui de Prius en 2016, avec un budget annuel inférieur de plus de 1 000 euros. A 8 335 euros, la Peugeot a toutefois coûté 4,8 % plus cher à son propriétaire qu’en 2015, selon l’ACA, qui pointe « le prix catalogue du véhicule (+ 3,7 %) et une reprise moins favorable (-4,7 %) », ainsi qu’une « augmentation des pièces de rechange Peugeot de 4,66 %, des frais de peinture de 3,4 % et de la main-d’œuvre de 2,5 % ».

« L’année 2016 a été marquée par une hausse des dépenses automobiles au-delà du taux d’inflation général de 0,2 % », a résumé le président de l’ACA Didier Bollecker. En 2015, celles-ci s’étaient très légèrement contractées. « Le prix catalogue de nos voitures de référence a progressé […] et les dépenses d’entretien, de péages et les primes d’assurance (dans une plus sage mesure), elles, se sont envolées », a indiqué M. Bollecker, cité dans un communiqué.

L’ACA a également renouvelé son diagnostic de « délire fiscal » sur les carburants à la pompe. Selon l’association, les prix des produits pétroliers hors taxes ont « certes baissé », mais les taxes « ont continué de grimper jusqu’à cinq fois l’inflation pour le super et 17 fois l’inflation pour le gazole ». (AFP 31/3/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.