Fermer
France

L’automobile française réfléchit déjà à la sortie de crise

Analyse de presse de 14H00 - Le #Coronavirus - #filière automobile - #PFA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La crise provoquée par le coronavirus devrait encore laisser la France à l’arrêt durant de longues semaines, mais la filière automobile réfléchit d’ores et déjà à l’après-confinement. La PFA (Plateforme Automobile) a donné le coup d’envoi de cette réflexion en organisant une réunion de crise dès la semaine dernière. Une nouvelle réunion a eu lieu le 25 mars.

« L’arrêt de la quasi-totalité des usines du secteur en Europe s’est fait en quelques jours. Les stocks intermédiaires sont assez limités, les entreprises devront donc se coordonner pour ne pas se retrouver à court de certaines pièces », explique Marc Mortureux, directeur général de la PFA. « La reprise progressive [en Chine] a été encadrée par des protocoles extrêmement précis. Nous pouvons nous appuyer sur ce précédent », ajoute-t-il.

Mais le plus gros risque se situe du côté de la demande. La pandémie va faire plonger le monde dans une récession qui, selon le FMI, « pourrait être pire que celle qui a suivi la crise financière de 2008 », et qui avait donné lieu en 2009 à une baisse de PIB de 4 % dans la zone Euro.

Avec un choc aussi violent, la plupart des ménages comme des entreprises vont se retrouver avec des finances exsangues et devront repousser à plus tard toutes les dépenses qui ne seront pas jugées indispensables, ce qui devrait faire plonger les ventes de voitures neuves. Pour limiter la casse autant de possible, Luc Chatel, président de la PFA, juge « indispensable d’anticiper sans attendre, en France et en Europe, un plan de relance », afin de soutenir et de stimuler la demande. La filière évoque d’ores et déjà plusieurs pistes, en mettant un accent particulier sur la mobilité électrique. Elle suggère que le bonus écologique pour l’achat par une entreprise d’un véhicule électrique, qui avait été raboté en fin d’année dernière à 3 000 euros, soit ramené à son niveau initial de 6 000 euros. La PFA suggère également que les hybrides rechargeables bénéficient eux aussi d’un bonus. Elle propose également « de consentir des investissements massifs pour les infrastructures de recharge ».

Source : ECHOS (26/3/20)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.