Fermer
France

Laurens van den Acker évoque sa vision du style pour Renault

Le #Design - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le directeur du style de Renault Laurens van den Acker a expliqué lors d’une intervention devant le groupe automobile des anciens élèves des Arts et Métiers que le constructeur était « redevenu profitable sur le segment B pour la première fois depuis 20 ans » et que le design était revenu en tête des raisons d’achat de la marque Renault en France en 2014. « Normalement, le design est la première raison d’achat d’un véhicule. Pour Renault, en 2010, la première raison d’achat était la fidélité. Le design arrivait en troisième », a-t-il rappelé. Depuis son arrivé il y a cinq ans, M. Van den Acker a redéfini le design de Renault en revenant sur le terrain des voitures à vivre qu’il a réinterprété avec « le cycle de vie » : tomber amoureux, explorer le monde, créer une famille, travailler, profiter des loisirs et accéder à la sagesse. Six étapes auxquelles correspondent au moins un véhicule avec à ce jour la Clio pour « tomber amoureux » et le Captur pour « explorer le monde ». Un cycle de vie qui raconte « une histoire simple de la marque » et qui plait aussi bien en Europe qu’au Brésil ou en Inde, a souligné le dirigeant. « L’esprit voiture à vivre est très proche de Renault. Je viens de l’étranger et je n’ai pas d’états d’âmes pour reprendre les bonnes idées », a-t-il déclaré, soulignant par ailleurs que son travail consistait à avoir « un pied dans la créativité et un pied dans le business ». « Le design ne sert à rien s’il n’amène pas à vendre plus de voitures », a-t-il insisté.

L’image de Renault a elle-aussi profité du renouveau de son design avec une note globale qui a touché un point bas en 2011 et qui s’améliore depuis (elle est passée de 34 à 37). « Avec Clio et Captur, nous avons essayé de faire des voitures qui plaisent et les réactions et le retour des ventes sont plutôt positifs et rassurants. Les retours nous disent que Clio est la plus belle de son segment », s’est félicité Laurens van den Acker. « La plus belle voiture n’est pas celle ou le design a raison et les ingénieurs ont perdu. La plus belle est celle où tout le monde a gagné. Il faut un équilibre coût, performance, usage et conduite », a expliqué le dirigeant. « Avec Captur, qui n’existait pas dans la gamme, nous avons pu jouer la carte de l’innovation. Certains segments sont tellement établis que nous devons respecter les codes et uniquement jouer sur le style, comme ce sera le cas pour Laguna. Pour d’autres, nous avons l’opportunité de toucher à l’architecture comme l’Espace ou Twingo. Quand nous en avons l’opportunité, nous essayons d’innover », a-t-il ajouté. Ce sera le cas du futur véhicule métis de segment C. Il estime que le bon équilibre serait « 50% de voitures innovantes » sur l’ensemble de la gamme.

Ces premiers succès seraient d’après M. Van den Acker en train de changer l’état d’esprit au sein de l’entreprise. « Il y a une vraie sensation d’optimisme chez Renault », s’est-il réjoui.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.