Fermer
Italie

Lamborghini a enregistré un nouveau record de ventes en 2016

Le #Lamborghini - #Ventes
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Lamborghini a de nouveau battu en 2016 un record, avec 3 457 véhicules écoulés, et se prépare à un nouveau défi, avec la commercialisation à partir de 2018 d’un SUV.

Les ventes de Lamborghini sont en hausse pour la sixième année consécutive. Depuis 2010, elles ont été multipliées par 2,6. Après un bond de 19 % en 2014 et de 28 % en 2015, le constructeur a connu une nouvelle hausse de 7 % l’an dernier. « Ce record absolu confirme une nouvelle fois la valeur de notre marque, de notre produit et de notre stratégie commerciale. C’est un vrai succès d’équipe », s’est félicité Stefano Domenicali, président de Lamborghini.

Le constructeur, qui compte désormais 135 concessionnaires dans 50 pays, avait franchi en 2015 pour la première fois le seuil des 3 000 véhicules vendus.

Les Etats-Unis, avec 1 041 voitures vendues en 2016, restent son principal marché. « C’est une tendance qui se poursuivra dans les prochaines années, même si je suis convaincu que d’autres marchés connaîtront une croissance importante », estime M. Domenicali. Après les Etats-Unis, ses marchés les plus importants sont le Japon, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada, le Moyen-Orient et la Chine.

M. Domenicali a par ailleurs indiqué que 2017 serait une année « très importante » avec « le lancement de nouveaux produits, mais surtout la préparation du lancement du nouveau SUV Urus », un 4×4 citadin dont le prix devrait « s’établir autour de 200 000 euros en Europe ». Le constructeur a choisi de le fabriquer dans son usine historique de Sant’Agata Bolognese, dans le nord de l’Italie, avec un investissement de plusieurs centaines de millions d’euros et un doublement de sa capacité productive. « Mi-2017, l’usine de Sant’Agata sera prête », a expliqué M. Domenicali, en précisant que le lancement de l’Urus entraînerait au total la création de quelque 500 emplois.

« Les SUV représentent pour tous les constructeurs automobiles un segment très important. Lamborghini a choisi d’y entrer avant tout par cohérence. Nous ne devons pas oublier qu’en 1986, le premier SUV, le LM002, a été conçu et produit à Sant’Agata », a-t-il rappelé. « Les premiers clients de l’Urus le recevront à la fin du premier semestre de 2018 », a ajouté M. Domenicali, en promettant un produit « très caractéristique d’un point de vue de la ligne » et « avec un ADN typiquement Lamborghini du point de vue de la technologie, avec une grande puissance et une facilité de conduite ».

Il a souligné « qu’avec le SUV nous nous dimensionnons de manière à doubler les ventes en peu de temps. Mais si le marché réclame plus de voitures, notre volonté sera pour ce segment de le contenter. Notre seule limite sera celle de notre capacité de production ». En revanche, pour les super sportives, « l’objectif est de rester autour des chiffres atteints en 2016 afin de garantir l’exclusivité que nos clients désirent en voulant faire partie de la famille Lamborghini ».

Interrogé sur l’éventuel lancement par Lamborghini de véhicules hybrides, M. Domenicali a noté que le premier de la marque serait « un SUV de deuxième génération ». Mais pour les super sportives, le constructeur devra attendre le moment opportun et l’émergence de technologies permettant de maintenir leurs « caractéristiques extraordinaires ».

Alors que le constructeur n’a pas participé au dernier Mondial de l’Automobile à Paris, son patron a souligné que « pour le futur, Lamborghini devait penser à lancer des modèles d’une manière différente, non conventionnelle, en raison de sa spécificité », tout en précisant qu’il serait « naturellement » présent sur certains salons jugés stratégiques. (AFP 9/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.