Fermer
Allemagne

La voiture reste le principal moyen de transport des Allemands

Analyse de presse de 14H00 - Le #Etude - #Innovation - #Mobilité - #Prix - #Transports - #Voitures Particulières
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le Ministère allemand des Transports a réalisé pour la troisième fois une étude sur la mobilité en Allemagne en 2017 (après les études de 2002 et 2008). Plus de 150 000 ménages ont été interrogés.

Cette étude a notamment montré que la voiture restait le premier mode de transport en Allemagne, bien que les voitures soient stationnées durant la majeure partie de leur cycle de vie. En effet, les voitures sont en moyenne utilisées durant 45 minutes par jour et sont garées le reste du temps.

En outre, l’étude a montré que les voitures électriques étaient généralement des deuxièmes voitures. En effet, environ 75 % des propriétaires de voitures électriques disposent également d’une autre voiture, dotée d’une motorisation traditionnelle (diesel ou à essence). Seuls 25 % des ménages possédant une voiture électrique utilisent uniquement ce véhicule.

De plus, les voitures électriques restent utilisées avant tout pour de courts trajets. Or, les deux tiers des trajets quotidiens réalisés par les automobilistes allemands font moins de 10 km, ce qui montre que les voitures électriques sont compatibles avec l’usage « moyen » des voitures qu’en font les Allemands.

L’étude a également montré que le nombre d’utilisateurs de services d’autopartage augmentait principalement dans les grandes villes, de même que l’usage des vélos et des moyens de transports en commun (autobus et transports ferrés). En outre, ce sont principalement les jeunes adultes qui ont recours à des moyens de transport autres que la voiture. En outre, 87 % des jeunes de 17 ans ont tenté d’obtenir un permis en 2017 (- 2 points).

De plus, le parc de voitures particulières s’est établi en 2017 à environ 43 millions de d’unités, soit plus d’une voiture par ménage en moyenne. Sur ce parc, la part des véhicules de loisir n’a cessé d’augmenter depuis 2008, pour arriver à 20 % du parc (contre 10 % en 2008).

Par ailleurs, le Ministre allemand des Transports, Andreas Scheuer, a distingué 13 idées de solutions de mobilité, en leur accordant le Prix allemand de la mobilité 2018. Le premier prix a notamment été attribué au Monocab, un projet visant à proposer des « taxis » individuels sur rails pouvant être réservés via une application sur smartphone. Ces monocabs seraient autonomes et fonctionneraient 24h/24.

Une autre idée primée a été celle de « suspendre » les bus de nuit. Via une application, les utilisateurs des services en commun pourraient demander au bus de nuit de les « attendre » à une station. Si suffisamment d’utilisateurs souhaitent que le bus les attende, le conducteur attendra quelques minutes supplémentaires à la station concernée. Cette solution rendrait les services de transport en commun de nuit plus attractifs.

Un autre projet, qui a reçu le troisième prix, propose de calculer la réduction de l’empreinte carbone que nous réalisons lorsque nous prenons les transports en commun ou que nous nous déplaçons en vélo ou à pied. Si cette économie d’émission polluante est suffisante, les utilisateurs pourront être récompensés par des tickets gratuits pour les transports en commun par exemple.

Source : AUTOMOBILWOCHE (13 et 14/11/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.