Fermer
France

La transition vers les motorisations purement électriques dans l’automobile prendra du temps

Analyse de presse de 14H00 - Le #Electrique - #François de Rugy - #Mondial de l’Automobile
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy a estimé le 4 octobre que la transition vers les motorisations purement électriques dans l’automobile prendrait du temps et ne pouvait s’envisager que « sur le long terme ». « Sur le long terme, […] à l’horizon 2040, nous pensons que la mobilité individuelle sera électrique […] si on veut atteindre zéro émission » de CO2, a déclaré le ministre, en inaugurant un centre d’essai de véhicules électriques sur la Place de la Concorde à Paris. « A court terme, si on prend les cinq ans qui viennent, on sait bien qu’on ne peut pas basculer vers le tout électrique, ça n’aurait aucun sens. Cela poserait des problèmes de prix, de raccordement. Il faut agir avec beaucoup de volontarisme pour régler ces problèmes », a ajouté M. De Rugy.

« Je suis propriétaire de voiture […], j’aime bien essayer et tester les nouvelles solutions », a confié le ministre, expliquant avoir acquis « il y a trois ans et demi » une hybride rechargeable d’un constructeur étranger, faute d’offre française. Il a souligné la nécessité d’une contrainte politique. « S’il n’y a pas de décision politique, l’industrie ne se transformera pas, ou pas aussi vite […]. Les normes d’émissions de CO2 négociées à l’échelle européenne font partie d’un contexte favorable à l’innovation », a-t-il déclaré, tout en reconnaissant qu’elles devaient être « réalistes dans le temps et économiquement ».

Le président de Renault Carlos Ghosn a estimé mardi au Mondial de l’Automobile de Paris que la production de voitures électriques restait limitée à court terme. « Nous sommes déjà dans une situation où nous ne pouvons pas fournir la demande », a-t-il affirmé. « Nous avons toutes les capacités pour assembler ces voitures, sauf que nous n’avons pas assez de batteries ». « Aujourd’hui les ventes sont limitées par l’offre, pas par la demande », a poursuivi M. Ghosn, estimant que cela allait durer « un certain temps », car la hausse de production nécessiterait « des milliards d’investissements » chez les fournisseurs pour augmenter leurs capacités de production.

D’ici à 2022, Renault, leader français de la voiture électrique, a prévu que les capacités de production de son modèle vedette, la Zoé, passeraient de 60 000 unités par an en 2018 à environ 120 000. L’an dernier, les capacités se limitaient à 40 000 unités annuelles pour près de 3,8 millions de véhicules vendus par le groupe dans le monde.

Source : AFP (4/10/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.