triangle orange
Etats-Unis

La SEC a porté plainte contre Volkswagen

Analyse de presse de 14H00 - Le #Actions - #Bourse - #Plainte - #SEC - #Volkswagen
triangle bleu

La SEC (“Securities and Exchange Commission”, le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis) a porté plainte contre Volkswagen, pour une violation supposée des lois américaines sur le cours des actions.

Le gendarme américain de la Bourse reproche notamment au groupe Volkswagen d’avoir levé des milliards de dollars en obligations, tout en mentant aux investisseurs sur les émissions polluantes de ses voitures.

D’avril 2014 à mai 2015, Volkswagen a en effet levé 13 milliards de dollars en obligations et titres adossés à des actifs sur les marchés américains alors que les dirigeants du groupe auraient su que plus de 500 000 véhicules sur le marché américain dépassaient les seuils d’émissions polluantes, accuse la SEC dans une procédure déposée jeudi soir en Californie.

Volkswagen aurait ainsi engrangé des centaines de millions de dollars de bénéfices, affirme la SEC.

Or, pour lever des fonds sur les marchés américains, “les émetteurs […] doivent fournir aux investisseurs une information complète et précise”, plaide Stephanie Avakian, une responsable de la SEC.

La SEC souhaite récupérer les gains indus, et également obtenir des dommages et intérêts. La SEC voudrait également interdire à l’ancien président du groupe Volkswagen, Martin Winterkorn, de diriger ou travailler dans toute société cotée aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, le groupe Volkswagen a déclaré qu’il considérait la procédure intentée par la SEC comme “juridiquement et factuellement erronée”.

“La SEC intente une procédure sans précédent relative à des titres uniquement vendus à des investisseurs avertis qui n’ont pas subi de préjudice et ont été payés à l’heure et intégralement avec les intérêts”, affirme le constructeur allemand dans son communiqué.

Volkswagen ajoute que la SEC n’accuse aucune personne chargée de l’émission d’obligations d’avoir été au courant dès 2014-2015 des manipulations des niveaux d’émissions, mais “répète seulement des allégations à l’encontre de l’ancien président de Volkswagen”.

Pour rappel, le scandale des moteurs truqués a jusqu’à présent coûté plus de 28 milliards d’euros au groupe Volkswagen en rappels de véhicules et procédures judiciaires. La majorité de cette somme a été versée aux Etats-Unis.

Source : AFP, AUTOMOBILWOCHE, F.A.Z., SPIEGEL, ZEIT (15/3/19), AUTOMOTIVE NEWS EUROPE (14/3/19)