Fermer
Monde

La production automobile mondiale devrait baisser de 5,8 % en 2019

Analyse de presse de 14H00 - Le #Etude - #Prévisions - #Production
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER
Analyse
& statistiques
Antibrouillard
Derniers tweets

D’après les données d’IHS Markit, la production mondiale d’automobiles s’est contractée de 1 % en 2018, à 94,2 millions de véhicules. Pour cette année, les prévisions tablent sur une baisse de 5,8 %, à 88,8 millions d’unités. Ce qui ferait de 2019 une année de crise, la première depuis le krach financier de 2008. « La production devrait même se contracter de presque 6 %. Tous les marchés sont en baisse et la situation s’est nettement dégradée en Chine, en Inde, sans oublier l’impact des grèves chez General Motors aux Etats-Unis », explique Denis Schemoul, directeur associé EMEA véhicules légers d’IHS Markit.

« L’une des problématiques pour cette année se porte sur la Chine, qui va coûter entre 2 et 2,5 millions de véhicules, notamment à cause de la baisse des incitations gouvernementales à l’achat d’une voiture pour les ménages et de la modification de la réglementation du micro-crédit, qui s’est asséché depuis 2017. Sans parler de l’impact de la guerre commerciale entre la Chine et les USA », ajoute M. Schemoul.

L’Inde, que les analystes voyaient comme le troisième marché mondial automobile, ne cesse de s’effondrer (- 41 % en août 2019, – 30 % en septembre) et le risque maximal n’est pas encore atteint puisqu’en mars 2020, de nouvelles normes anti-pollution devraient entrer en vigueur (équivalentes aux normes européennes Euro-6), ce qui mettra à mal des constructeurs indiens. En parallèle, la demande sur le territoire n’atteint pas les prévisions escomptées, la classe moyenne tardant à émerger.

Dans la seule région Europe, la production, après une baisse de 2,4 % en 2018, à 20,1 millions de véhicules, devrait subir une nouvelle contraction à 19,3 millions de voitures (- 4 %) cette année. En parallèle, la courbe des ventes se stabilise sur le Vieux Continent, entraînant une diminution des stocks des constructeurs. Tous les constructeurs ont réduit la voilure sur la production. IHS Markit note une baisse de 3 % pour le Groupe PSA, de 1 % pour Renault, de 20 % pour Nissan, de 5 % pour Daimler et Ford, de 12 % pour FCA et de 4 % pour BMW. Volkswagen devrait pour sa part enregistrer une production stable.

IHS Markit n’est pas alarmiste pour 2020 en Europe. L’institut prévoit une baisse de 2 % des immatriculations et de 0,5 % de la production. Mais l’évolution pour la France est bien plus préoccupante avec une production qui pourrait chuter de 21 %. « La production sur le sol français devrait repartir en 2021 avec de nouvelles affectations chez PSA, mais le problème le plus anxiogène concerne les moteurs diesel, qui sont essentiellement produits en France. Les conséquences sociales de la transition énergétique sont un gros point d’interrogation », prévient Denis Schemoul.

Source : JOURNALAUTO.COM (18/10/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.