Fermer
France

La privatisation des PV de stationnement à Paris a été votée in extremis

Le #Paris - #Stationnement
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

C’est sur le fil que la maire de Paris Anne Hidalgo a décroché le 8 novembre l’autorisation de lancer la privatisation de la verbalisation du stationnement en surface dans la capitale. Par 74 voix pour, 68 contre et 13 abstentions, le Conseil de Paris a voté la négociation de trois marchés de sous-traitance du contrôle des 140 000 places de stationnement payant. Au 1er janvier 2018, les tickets de stationnement seront contrôlés par deux à trois sociétés sur trois zones géographiques. La mairie de Paris réfléchit depuis un an à ce scénario, qui découle de la loi sur les métropoles de 2014. Ce texte confie aux élus locaux la municipalisation des politiques de stationnement via la dépénalisation du parking payant, fixée après plusieurs retards à janvier 2018.

L’objectif est de rendre la fraude au parcmètre dissuasive : seuls 10 % des automobilistes règlent leur place à Paris, contre 30 % en moyenne en France, soit un manque à gagner annuel de 300 millions d’euros. « Nous visons au minimum 50 % de taux de recouvrement », indique Bruno Julliard, premier adjoint au maire. (ECHOS 9/11/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.