Fermer
France

La part du diesel dans le parc automobile français a décru en 2015

Le #Diesel - #Parc
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La proportion de voitures diesel dans le parc automobile français a décru en 2015, une première depuis l’arrivée de cette technologie dans les gammes des constructeurs il y a plus d’un demi-siècle, selon des statistiques publiées le 1er juillet. Au 1er janvier 2016, 19,9 millions de voitures diesel et hybrides diesel étaient immatriculées dans l’Hexagone, soit 62,2 % du parc roulant, a indiqué le CCFA (Comité des constructeurs français d’automobiles).

Il s’agit d’une légère hausse en volume et même d’un plus haut historique, puisque ce chiffre était de 19,83 millions d’unités début 2015. En revanche, en proportion du parc total, la part des modèles diesel a décru de 0,2 point en un an, selon ces chiffres du CCFA.

C’est la conséquence logique de la baisse récente de la part du diesel dans les immatriculations de voitures neuves. Elle est tombée à 57,2 % en 2015, alors qu’elle était encore de 63,9 % en 2014. Ces derniers mois, les pouvoirs publics ont multiplié les annonces sur le resserrement de la fiscalité entre le diesel, pendant longtemps favorisé, et l’essence. La maire de Paris a de son côté manifesté sa volonté d’« éradiquer » les voitures au gazole des rues de la capitale.

L’arrivée des normes d’émission Euro-6 en 2014 a considérablement renchéri le prix du diesel pour les véhicules les plus petits, la plupart des constructeurs renonçant à proposer de tels moteurs dans leurs voitures d’entrée de gamme.

L’affaire Volkswagen de triche aux émissions polluantes, qui a non seulement plongé le groupe dans la tourmente mais aussi forcé d’autres constructeurs à faire leur aggiornamento sur fond de soupçons quant à la vérité des chiffres des émissions d’oxydes d’azote (NOx) des diesel, nocives pour la santé, a également pu contribuer à détourner certains clients.

Inauguré dans les gammes françaises par Peugeot avec la berline 403 en 1959, le diesel a connu un fort développement en France des chocs pétroliers des années 1970 au milieu des années 2000, encouragé par les pouvoirs publics au nom de l’indépendance énergétique.

D’après le CCFA, la France comptait au 1er janvier 32 millions de voitures particulières (+ 0,6 %), dont l’âge moyen s’établissait à 8,8 ans (+ 0,1 point). Il faut y ajouter 6,03 millions de véhicules utilitaires légers et 622 000 véhicules utilitaires (cars, bus, camions, engins de chantier, etc.), catégories où le diesel jouit encore d’un quasi-monopole. (AFP 1/7/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.