triangle orange
Europe

La part de marché des VP diesel en Europe vient de passer sous la barre symbolique des 30 %

Analyse de presse de 14H00 - Le #ACEA - #Diesel - #Part de marché - #Ventes - #voitures
triangle bleu

Selon l’ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles), le diesel vient de passer sous le seuil symbolique des 30 % de parts de marché en Europe. L’ACEA indique en effet que les pays de l’Union européenne (hors Croatie, Chypre, Luxembourg et Malte qui n’ont pas pu être comptabilisés) ont enregistré un repli de 14,1 % des ventes de voitures neuves diesel au troisième trimestre de 2019, à 1 037 344 unités, correspondant à 29,1 % de part de marché.

Dans le détail, 4 des 5 plus importants marchés se détournent nettement du diesel. Ainsi, la France affiche un repli de 12,6 % sur le trimestre, à 159 640 unités, – 24,5 % pour l’Italie à 142 383 unités, – 20,8 % pour le Royaume-Uni à 140 542 unités, et – 34,7 % pour l’Espagne à 73 703 unités. Seule l’Allemagne résiste, avec 277 103 VP diesel immatriculés sur le trimestre, soit une progression de 4,7 %.  Ainsi sur les 9 premiers mois de l’année, les ventes VN de diesel sont passés de 4,3 millions d’unités à 3,6 millions (- ventes 16,4 %).

Le repli profite naturellement aux véhicules essence, qui gagnent plus de 2 points de parts de marché en Europe sur le troisième trimestre, à 59,5 %, avec plus de 2,1 millions d’immatriculations. Les 5 gros marchés n’ont en revanche pas enregistré les mêmes progressions. Ainsi le Royaume-Uni (+ 3,2 %), la France (+ 4,8 %) et l’Allemagne (+ 2 %) affichent des accroissements peu ou prou dans la tendance globale, tandis que les immatriculations essence reculent sur le marché espagnol (- 2,8 %). L’Italie se distingue particulièrement sur cette motorisation, avec 45 000 voitures à essence de plus que le troisième trimestre 2018, soit une progression record de 35,6 %, à 171 724 unités.

Enfin, les motorisations alternatives ont également bénéficié du déclin du diesel. Ces dernières représentent 11,3 % de part de marché en Europe sur la période, enregistrant une croissance de 46,2 %, à 403 860 unités. Dans le détail, les véhicules non électrifiés (E85, GNV…) ont progressé de 36 %, à plus de 69 000 unités sur le troisième trimestre 2019 (1,9 % de part de marché).

Les véhicules tout électriques représentent 3,1 % des immatriculations dans la région (10 630 unités, + 51,8 %). Les hybrides, avec 223 868 immatriculations, bondissent de 47 % et représentent 6,3 % de part de marché. Les principaux marchés enregistrent tous des progressions à deux chiffres sur l’ensemble des motorisations alternatives, avec l’Allemagne en tête des hausses (+ 71,4 %), suivie du Royaume-Uni (+ 46,5 %), de la France (+ 35,7 %), de l’Espagne (+ 31,9 %) et de l’Italie (+ 28,6 %).

Source : JOURNAL AUTOMOBILE (7/11/19)