Fermer
Etats-Unis

La nouvelle usine de Michelin au Mexique n’est pas remise en cause

Le #Michelin - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le président de Michelin a indiqué le 10 janvier que le projet de nouvelle usine au Mexique n’était pas remis en cause par les récentes décisions de groupes américains d’orienter davantage leur production vers les Etats-Unis, sous la pression du nouveau Président Donald Trump. « La décision d’installer une usine au Mexique a été prise il y a bien des années, elle relève d’une stratégie normale de livrer nos clients là où ils sont, nous avons fait cela dans le monde entier, et donc le sujet mexicain n’est pas un sujet en soi », a déclaré Jean-Dominique Senard à l’AFP (10/1/17) au Salon de l’Automobile de Detroit.

En juillet dernier, le manufacturier français avait annoncé son intention de construire une usine de production de pneus de haut de gamme pour voitures individuelles dans le centre du Mexique, pour un investissement de 450 millions d’euros. A l’époque, Michelin avait indiqué que cette usine devait, à partir de fin 2018, produire 4 à 5 millions de pneus « destinés aux clients de Michelin disposant d’usines dans la région, ainsi qu’à l’important marché intérieur nord-américain ».

Le Mexique est devenu grâce aux accords de libre-échange nord-américains une importante base industrielle pour les constructeurs vendant aux Etats-Unis et au Canada, avec des coûts de production inférieurs. Mais cette tendance pourrait être stoppée par l’activisme du de Donald Trump, parti en guerre contre les délocalisations.

M. Senard s’est dit « tout à fait serein » face à cette possible nouvelle donne touchant ses clients, alors que Michelin réalise plus du tiers de son chiffre d’affaires mondial dans la zone Amérique du Nord. « Ce qui est important, c’est de savoir que nous avons aux Etats-Unis 18 500 personnes qui travaillent pour le groupe Michelin, nous avons 15 usines », a-t-il remarqué. « J’envisage de toute façon une croissance de notre présence dans cette région du monde, aux Etats-Unis en particulier, donc ça va suivre nos plans stratégiques. Nous n’avons pas grand-chose à changer » à nos projets, a-t-il déclaré.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.