Fermer
France

La nouvelle génération de moteurs thermiques du Groupe PSA parée à répondre aux normes les plus sévères

Le #Emissions - #Moteur - #PSA Peugeot Citroën
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Christian Chapelle, directeur chaîne de traction et châssis du Groupe PSA, estime qu’environ 95 % des véhicules vendus en Europe en 2020 seront équipés de moteurs thermiques et que seulement 10 à 15 % d’entre eux seront électrifiés (avec une motorisation hybride notamment). Et en 2025, même si la part d’hybridation monte à 40 %, que ce soit en Chine ou en Europe, les motorisations thermiques continueront de représenter plus de 85 % des ventes (le reste étant des véhicules 100 % électriques ou à hydrogène). Les constructeurs doivent donc être en mesure de répondre à cette demande dans un contexte de durcissement des normes environnementales sur les plus grands marchés mondiaux. Pour garder une longueur d’avance, PSA lancera dès le second semestre de 2017 une nouvelle génération de moteurs à essence et diesel qui lui permettront de répondre aux normes européennes de 2020, les plus contraignantes du monde. En matière de CO2, il s’agit pour le constructeur d’atteindre l’objectif de 91 g de CO2/km (comme moyenne des émissions de sa flotte de VN vendus à cette date). En matière de polluants, et plus particulièrement de Nox, les moteurs diesel du constructeur répondront avec trois ans d’avance au facteur de conformité de la réglementation RDE (émissions en conditions réelles de conduite) applicable en 2020 (facteur de 1,5, contre 2,1 normalement en 2017).

A partir du mois de septembre, PSA équipera la Peugeot 308, puis les autres modèles du groupe, de son nouveau moteur diesel BlueHDi dont la cylindrée a été réduite à 1,5 l (contre 1,6 l aujourd’hui), tandis que sa puissance a été augmentée à 130 ch (contre 120 ch actuellement). Grâce à la réduction de la cylindrée et à une amélioration du système EGR (pour augmenter la recirculation des gaz d’échappement) notamment, PSA annonce une baisse de 4 % à 6 % de la consommation par rapport à l’actuel moteur 1.6 BlueHDi de 120 ch. Surtout, pour ce moteur, PSA a développé un nouveau système de dépollution « plus compact, plus efficace et moins coûteux à l’usage ». Le constructeur a notamment choisi d’intégrer la totalité de son système au bloc moteur en implantant la SCR (Selective Catalytic Reduction) sur le filtre à particules (FAP). Cela permet de se rapprocher du moteur et assurer un meilleur traitement des Nox. En ajoutant à cela une injection optimisée d’AdBlue (de l’urée transformée en ammoniac avec la chaleur, dont le rôle est de transformer les Nox en azote et vapeur d’eau), PSA parvient à éliminer « jusqu’à 95 % des Nox », contre 90 % aujourd’hui. PSA a également supprimé l’additif FAP pour réduire la consommation et a simplifié la maintenance en installant un réservoir d’AdBlue en côté de caisse, permettant à l’automobiliste de faire le plein lui-même. Le nouveau bloc Hdi 1.5, produit à la Française de Mécanique et à Tremery, sera décliné également en version de 100 ch et 120 ch à partir de 2018.

La nouvelle génération des moteurs à essence PureTech, produite elle aussi sur les deux sites français (et en Chine pour le marché chinois), sera lancée au mois d’octobre. Pour ces moteurs, le Groupe PSA a travaillé là encore sur un gain de performance (20 chevaux supplémentaires pour le moteur à 4 cylindres), tout en réduisant la consommation. En jouant sur la réduction des frottements, une nouvelle conception des turbocompresseurs et sur les cycles de combustion, PSA parvient à un gain de consommation de 4 % pour les moteurs à 3 cylindres et de 6 % pour les 4 cylindres. Cette réduction provient également du gain sur la compacité des moteurs permettant en outre leur intégration sur les véhicules les plus compacts du groupe.

L’autre grande évolution de ses moteurs à essence à injection directe tient au fait qu’ils vont intégrer pour la première fois des filtres à particules baptisés Gasoline Particulate Filter (GPF). Ce GPF assure une filtration « supérieure à 75 % des particules en nombre dans toutes les conditions de fonctionnement du moteur », assure PSA. Un chiffre suffisant pour respecter la 2ème phase de la norme Euro-6, mais également la norme chinoise China6b sur les particules, qui entre en vigueur en 2020.

Tous les nouveaux moteurs à essence et diesel seront associés à de nouvelles boîtes de vitesses permettant elles aussi un gain de consommation. Ce gain est de 1,5 % avec la nouvelle boîte manuelle BVM6 qui s’est allégée de 10 kg, et de 4 % à 7 % avec la nouvelle boîte automatique EAT8 (deux rapports de plus). (AUTOACTU.COM 12/5/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.