Fermer
France

La Nissan Micra vise le top 10 du segment B en France et en Europe

Le #Modèle - #Nissan
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Quelque 45 % des ventes mondiales du segment B se font en Europe. Séduire le marché européen est donc indispensable pour faire une belle carrière dans ce segment. Or, la dernière génération de Micra, produite en Inde de 2011 à 2016, a atteint le million d’exemplaires vendus dans le monde, mais seulement 404 000 en Europe, avec une part de marché autour des 2 %, quand la précédente génération avait atteint 4 % plusieurs années de suite. « Alors que la plupart des voitures du segment B ont grandi (Clio, 208, Punto, Polo, Fiesta, etc.) par rapport à leurs générations précédentes, la Micra s’est éloignée du cœur du segment en conservant sa petite taille, 3,8 mètres de long », constate Felipe Munoz, analyste global chez Jato Dynamics. Désormais, avec ses 4 mètres, la nouvelle Micra se positionne au cœur du segment B. Elle se dote en outre d’un moteur diesel (avec le dCI 90 de l’Alliance), motorisation qui représente encore 42 % du mix sur le segment B en France. Elle pourra aussi bénéficier du non-renouvellement du Note, le minispace de Nissan, en récupérant une partie de ses propriétaires.

Avec la nouvelle Micra, Nissan ambitionne d’entrer dans le top 10 des ventes en Europe, ce qui signifie dépasser les 120 000 ventes, soit quasiment doubler ses volumes de 2015 (66 000 unités), qui la positionnaient à la 13ème place du segment, derrière les Fiat Punto (79 000 unités) et Hyundai i20 (92 000 unités). En France, où la marque pourra jouer la carte du « made in France », l’ambition du directeur général Bernard Loire, est aussi le top 10, ce qui revient à tendre vers les 3 % du segment (soit environ 19 000 ventes) et donc à doubler la part de marché actuelle de la Micra (1,5 %). En termes de production, l’usine de Flins, qui a commencé à assembler la nouvelle Micra en décembre dernier, à la capacité de « doubler la production actuelle de 130 000 Clio et Zoé », confirme Laurent Marion, product general manager, en charge de la définition des produits Leaf, Juke et Micra et de leur compétitivité en Europe.

La nouvelle Micra a été faite exclusivement pour le marché européen. Ainsi, elle ne sera pas commercialisée au Japon, qui représente pourtant 23 % des ventes mondiales du segment B. Pour gagner le cœur des européens, elle investit énormément sur son design. « C’est le premier des critères en France et Renault l’a bien compris avec sa Clio : alors que 35 % des clients européens du segment B mettent le design en premier critère de choix, ils sont 55 % chez les acheteurs de Clio, indique Laurent Marion. Sur la base des dimensions idéales définies en amont (4 m de long, 1,74 m de large et 1,45 m de hauteur), Nissan a mis en compétition ses quatre centres de design pour dessiner la silhouette qui séduira le plus d’européens et, au final, c’est le centre japonais qui l’a emporté. Avec ses formes plus anguleuses que les générations précédentes (qui séduisaient surtout les femmes), « la nouvelle Micra revendique son style japonais pour se différencier de ses concurrents et survivre sur un segment ultraconcurrentiel », explique notre interlocuteur.

La Micra mise aussi sur le contenu. Son habitacle est en effet très qualitatif, avec son tableau de bord bicolore dès l’entrée de gamme et des plastiques moussés, l’habitabilité à l’avant est optimisée, le confort des sièges et la position de conduite sont excellents et le niveau d’équipements riche pour ce segment. La Micra se dote notamment dès l’entrée de gamme du freinage d’urgence intelligent (AEB) et du réglage du volant en hauteur et profondeur. A partir du deuxième niveau de finition, Acenta, l’équipement comprend notamment le système audio RDS avec écran tactile de 7 pouces, ainsi qu’un combiné d’instrumentation comprenant un écran LCD couleur de 5 pouces, qui reprend notamment les informations de guidage du GPS. Cette finition Acenta, dotée du trois cylindres à essence de 90 ch de l’Alliance (4,4 l/100 km, pour 99 g de CO2) constitue le cœur du segment de Micra et est proposée à 16 690 euros. L’entrée de gamme débute pour sa part à 13 590 euros, avec le trois cylindres de 73 ch, soit 3 000 euros de plus que l’ancienne Micra. (AUTOACTU.COM 24/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.