Fermer
Malaisie

La Malaisie envisage de « faire un break » avec la F1 après 2018

Le #Formule 1 - #Sport
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La Malaisie devrait « faire un break » avec la F1 après 2018 devant les coûts élevés de l’organisation d’un Grand Prix et la baisse de fréquentation, estiment le directeur du circuit de Sepang et le ministre malaisien des Sports. « S’il n’y a plus d’intérêt économique, pourquoi continuer ? Nous ferions mieux de faire un break », a déclaré Razlan Razali, directeur du circuit international de Sepang qui accueille un Grand Prix de F1 depuis 1999.

« Le public local n’achète plus de billets pour venir voir la F1 », a ajouté M. Razali, expliquant que seulement 45 000 spectateurs avaient assisté en septembre dernier au Grand Prix de Sepang, sur un circuit qui peut en accueillir jusqu’à 120 000. Il a également mentionné les faibles audiences télé – le Grand Prix a perdu 200 millions de téléspectateurs depuis 2008 -, estimant qu’organiser un Grand Prix de F1 coûtait « très cher ».

Un peu plus tôt, le ministre malaisien des Sports avait exprimé sur son compte Twitter son souhait de voir la Malaisie arrêter d’accueillir un Grand Prix de F1. « Je pense que nous devrions cesser d’organiser un Grand Prix de F1. Au moins pour un moment. Les coûts son trop élevés, les retours sur investissement trop faibles », avait indiqué Khairy Jamaluddin, évoquant lui aussi la baisse de la vente de billets, des audiences TV, et des visiteurs étrangers pouvant désormais choisir entre Sepang, Singapour et la Chine.

« Lorsque nous avons organisé pour la première fois un Grand Prix de F1, c’était une bonne affaire. Nous étions les premiers en Asie en dehors du Japon. Maintenant, il y a d’autres événements, nous avons perdu notre position dominante, et nous ne constituons plus une nouveauté », a ajouté le ministre. (AFP 25/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.