Fermer
France

La Mairie de Paris reçoit des candidats prêts à prendre la suite d’Autolib’

Analyse de presse de 14H00 - Le #Autolib’ - #Paris
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que le contrat qui lie la Mairie de Paris et le service Autolib’ de Bolloré prend fin en 2023 avec une perte cumulée de 293 millions d’euros, Anne Hidalgo, Maire de la capitale, a commencé son tour de table pour un nouveau partenariat. Le 11 juin, de nombreux constructeurs et sociétés d’autopartage se sont rendus à l’Hôtel de ville parisien, à l’image de Renault, le Groupe PSA, BMW, Volkswagen, Daimler, Drivy, Ubeeqo, Zipcar, Citiz, Communauto, Car2Go, Vulog, Zencarz, Sixt, Hertz et Clem’. Pour ces professionnels, le potentiel de véhicules en autopartage pour la capitale s’élève au moins à 20 000 véhicules pour Paris intra-muros et la petite couronne, « ce qui pourrait permettre d’éviter au moins 120 000 véhicules personnels », selon le communiqué de la Ville. « Ces initiatives seraient portées par les acteurs privés, sans fonds publics. La collectivité jouerait son rôle de régulation, par exemple en élaborant une charte de bonnes pratiques qui veillerait notamment au respect du partage de l’espace public et s’imposerait aux entreprises », poursuit le communiqué.

Source : JOURNALAUTO.COM (12/6/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.