Fermer
France

La France, premier investisseur européen dans les start-ups du secteur automobile

Analyse de presse de 14H00 - Le #Etude - #Investissement - #Mondial.Tech - #Start-up
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Quelque 1,5 milliard d’euros a été investi dans les start-ups européennes et israéliennes du secteur automobile entre 2017 et le second semestre de 2018. D’après une étude commandée dans le cadre de Mondial.Tech, l’Allemagne se pose comme la grande gagnante en ayant attiré 36 % des investissements pour un total de 630 millions d’euros. Une seule grande opération peut cependant expliquer une très grande partie de cette somme : celui de SoftBank dans la start-up allemande Auto1, avec une enveloppe de 460 millions d’euros.

L’Espagne et la France occupent les deuxième et troisième positions de ce classement avec respectivement 264 et 209 millions d’euros investis dans ces pays, talonnés par Israël avec près de 158 millions d’euros. L’Estonie complète ce Top 5 grâce à la levée de fonds de 152 millions d’euros de la start-up estonienne Taxify.

Cependant, l’ordre de ce palmarès diffère lorsqu’est pris en compte le nombre de transactions par rapport aux sommes investies : la France devient le pays qui a enregistré le plus d’investissements avec 41 transactions réalisées, et ce devant le Royaume-Uni (22) et l’Allemagne (17). Au total, 340 investissements ont été réalisés par 291 investisseurs différents dans les start-ups du secteur automobile. « Si la France et l’Allemagne sont à l’origine d’investissements dans de nombreux domaines, en revanche, les transactions conclues dans l’Hexagone, avec un volume deux fois supérieur à celui de l’Allemagne, ont reçu des montants de financement bien inférieurs à ceux scellés en Allemagne. Avec, une exception, les investissements dans les technologies cloud et les véhicules connectés », souligne l’étude.

L’importance des investissements diffère effectivement selon les secteurs. Avec plus de 516 millions d’euros, les entreprises proposant des solutions de vente automobile ont attiré le plus d’investissements sur la période analysée. Les services d’autopartage et de taxis arrivent en seconde position avec 475 millions d’euros. Parmi les grandes manœuvres relevées, celles de la start-up barcelonaise Cabify, qui a réalisé deux grosses levées de fonds – 87 millions d’euros en mai 2017 et 139 millions en janvier. Les véhicules connectés et d’autres solutions cloud ont généré 165 millions d’investissement, la logistique et les software respectivement 90 millions et 75 millions, devant les véhicules électriques et à énergie alternative avec 70 millions. Les véhicules autonomes n’arrivent qu’en septième position avec 65 millions d’euros d’investissement générés.

Cette première place pour l’Hexagone en termes de nombre d’investissements réalisés s’explique, selon l’étude, par un solide écosystème et le soutien important d’institutionnels que sont les incubateurs, accélérateurs et investisseurs. Quatre investisseurs français, Via ID, Idinvest, Maif et Bpi France, arrivent ainsi en tête des plus gros investisseurs sur la période étudiée. « La vigueur des investissements en France mais aussi en Allemagne n’est pas une surprise. Les industries automobiles sont des piliers solides des économies de ces pays qui offrent aux jeunes pousses un solide écosystème de partenaires locaux, un pool d’investisseurs locaux en bonne santé et bien informés, ainsi qu’un fort engagement des chefs de fil de l’industrie automobile du pays », détaille l’étude.

Source : JOURNALAUTO.COM (5/10/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.