Fermer
France

La fracture automobile se creuse

Analyse de presse de 14H00 - Le #Etude - #Mobilité
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Un fossé dans le rapport à l’automobile est en train de se creuser entre villes et campagnes, entre générations, mais aussi entre des pays aux réglementations de plus en plus divergentes, révèle une étude publiée le 3 décembre. Intitulée « la fracture automobile », l’enquête de l’Observatoire Cetelem, conduite auprès de 3 000 personnes en France, et 10 000 personnes en tout dans 15 pays sur cinq continents, souligne qu’un fossé se creuse « entre ceux pour qui la voiture reste indispensable pour se déplacer au quotidien et ceux qui ont accès à des moyens de transports alternatifs ». En France, « seuls 32 % des automobilistes des petites villes [moins de 20 000 habitants] déclarent avoir pu renoncer à faire des trajets en voiture en raison des prix du carburant, contre 67 % dans les métropoles [plus d’un million d’habitants] », indique cette étude réalisée du 30 août au 20 septembre 2019.

En réalité, il n’existe pas une fracture, mais plusieurs et « elles ont tendance à se creuser », a expliqué à l’AFP Flavien Neuvy, directeur de l’Observatoire Cetelem. D’après lui, le principal enseignement pour les constructeurs d’automobiles est que leur marché « se complexifie énormément » et qu’ils « devront répondre de plus en plus à des demandes très différentes », en proposant par exemple de nouveaux services de mobilité dans les grandes agglomérations, tout en continuant à vendre et à fabriquer des voitures de façon classique.

Parmi les habitants des métropoles, 13 % des Français interrogés indiquent faire du covoiturage et 12 % de l’autopartage plusieurs fois par mois, contre respectivement 7 % et 3 % en zone rurale. « Ce sont deux mondes qui ne se comprennent pas », estime Flavien Neuvy. « D’un côté, [l’automobile] est vue sous le prisme de tous ses inconvénients, congestion, pollution, avec en face des offres de mobilités alternatives très puissantes, et de l’autre elle est vue comme un outil de liberté, de mobilité, indispensable pour vivre », explique-t-il.

A la fracture territoriale, s’ajoute une fracture générationnelle. « Sur toutes les formes de nouvelles mobilités, les jeunes [âgés de moins de 35 ans] ont une ouverture d’esprit plus forte que les plus de 55 ans, qui sont très attachés à leur voiture individuelle », souligne M. Neuvy, remarquant que l’âge moyen de l’acheteur d’automobile neuve en France est justement d’environ 55 ans. « Est-ce que les jeunes d’aujourd’hui, quand ils auront 55 ans, dans une trentaine d’années, voudront encore acheter une voiture ? », se demande l’expert.

Les grands marchés internationaux ont également tendance à prendre des voies réglementaires divergentes. « L’Europe fait le choix de l’électrique, alors qu’aux Etats-Unis on n’y est pas du tout. Peut-être que dans 10 ou 15 ans, il sera très difficile pour un constructeur d’être à la fois présent en Europe avec des voitures électriques, tout en développant des moteurs thermiques pour le marché américain », s’interroge par ailleurs le directeur de l’Observatoire Cetelem. Les constructeurs pourraient être plus souvent contraints de faire des choix, comme General Motors qui a quitté l’Europe en 2017, après des décennies de pertes, en vendant sa filiale Opel/Vauxhall au Groupe PSA.

Source : JOURNALAUTO.COM (3/12/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.