Fermer
Japon

La consommation de presque tous les modèles produits par Mitsubishi et vendus au Japon depuis 1991 a été mesurée selon des tests non homologués dans l’archipel

Le #consommation - #Mitsubishi
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La consommation de carburant de presque tous les modèles de véhicules produits par Mitsubishi Motors et vendus au Japon depuis 1991 a été mesurée selon des tests non homologués dans l’archipel, affirme le quotidien japonais Asahi. « Ce ne sont pas seulement les mini-automobiles (cylindrée de moins de 660 cm3), mais aussi les gabarits traditionnels et les gros véhicules », « y compris des gammes qui ne sont plus dans le commerce », précise le journal, qui indique que cela étend le scandale de falsification de données « à plusieurs dizaines de modèles ». Citant « une personne proche du dossier », l’Asahi précise que seulement 3 modèles de fabrication Mitsubishi ont été testés selon des procédures conformes à la loi. Mais les très connus Pajero, Lancer ou encore Colt ont été commercialisés dans l’archipel avec des informations découlant de tests de consommation illégaux.

Mitsubishi Motors a dans un premier temps, en avril, avoué des manipulations de données sur plusieurs modèles de mini-voitures dans le but d’embellir leurs performances énergétiques. Puis il a reconnu ultérieurement avoir utilisé des tests non homologués au Japon depuis 25 ans, sans alors préciser le nombre de modèles et d’exemplaires concernés, les investigations étant alors encore inachevées. Pour l’heure, le groupe n’a pu donner des chiffres que pour les mini-véhicules fabriqués depuis 2013, à savoir 625 000 au total, dont 468 000 produites pour son compatriote et partenaire Nissan. Il était déjà certain que ce nombre n’était que partiel, mais la facture risque d’être extrêmement lourde si les affirmations de l’Asahi se révèlent exactes.

Nissan compte faire payer à Mitsubishi Motors les dommages et intérêts qu’il entend verser aux automobilistes lésés, et Mitsubishi Motors s’expose aussi à diverses réclamations de ses propres clients et aux sanctions des autorités. Face à cette affaire désastreuse pour sa réputation, déjà ternie par des camouflages de défauts sur divers véhicules dans les années 2000, le groupe est dans une très mauvaise posture. (AFP 11/5/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.