Fermer
Union européenne

La Commission européenne interroge Londres sur les garanties apportées à Nissan

Le #Commission européenne - #Gouvernement - #Nissan
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

La Commission européenne a demandé à Londres des informations sur ses promesses au constructeur japonais Nissan, qui a annoncé des investissements au Royaume-Uni, malgré le Brexit, après avoir reçu des garanties du gouvernement, a-t-elle confirmé le 7 novembre. « Nous avons vu des articles de presse sur cette question. Par conséquent, la Commission, au niveau de ses services, est en contact avec les autorités britanniques », a déclaré un porte-parole de la Commission. « Les échanges d’information de ce type sont courants », a-t-il ajouté, précisant qu’aucun « échange de points de vue formel » n’avait débuté. L’objectif de la Commission est de voir si ces garanties sont conformes au droit européen, notamment en matière de concurrence, auquel le Royaume-Uni reste soumis.

Nissan, qui a décidé fin octobre de produire le nouveau modèle de son 4X4 Qashqai, ainsi que son modèle X-Trail, à Sunderland, avait affirmé avoir reçu des garanties suffisantes du gouvernement après le vote pour le Brexit, sans préciser lesquelles. « J’ai dit que notre objectif serait de veiller à conserver un accès aux marchés européens – et vice versa – sans tarifs d’accès et sans entraves d’ordre bureaucratique », avait précisé le ministre aux Entreprises britannique Greg Clark à la BBC.

Fin septembre, le président de Nissan Carlos Ghosn avait demandé aux autorités britanniques des « compensations » face à d’éventuelles nouvelles barrières douanières, alors que Londres semble s’engager sur la voie d’un Brexit « dur », avec un contrôle strict de l’immigration synonyme d’accès restreint au marché unique. Quelque 7 000 ouvriers, techniciens et ingénieurs assemblent à Sunderland un demi-million de véhicules par an, dont plus de la moitié sont exportés vers le reste de l’Union européenne. L’usine soutient en outre quelque 28 000 emplois chez les fournisseurs du secteur au Royaume-Uni. (AFP 7/11/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.