Fermer
France

L’OVI prévoit une légère baisse des ventes de poids lourds en 2017

Le #Etude - #Poids Lourds - #Ventes
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Allant à l’encontre de toutes les prévisions de début d’année, le marché français du véhicule de plus de 5 tonnes s’est montré particulièrement dynamique en 2016. Les immatriculations ont progressé de plus de 13 %, pour atteindre 47 400 unités (volume estimé, les chiffres de décembre n’étant pas arrêtés) et revenir à leur niveau de 2011, qui constitue le meilleur exercice depuis la crise de 2007. Mais cette bonne surprise, liée notamment à la reprise du secteur du BTP qui s’est répercutée sur les ventes de porteurs (+ 20,4 %), ne se reproduira pas en 2017, d’après les prévisions de l’Observatoire du Véhicule Industriel (OVI) de BNP Paribas. Le marché devrait même fléchir de 2,4 %, pour se situer aux alentours de 46 000 unités.

« La santé financière du monde du transport s’améliore (78,1 % des entreprises sont bénéficiaires, contre moins de 60 % en 2012), les marges des entreprises augmentent, le secteur du BTP est en croissance, mais d’autres facteurs comme la hausse du cours du pétrole, les élections électorales, la hausse des taux d’intérêts ou encore la baisse continuelle des volumes transportés (- 25 % depuis 2007) pourraient pénaliser les investissements », explique Jean-Michel Mercier, directeur de l’OVI.

La baisse des volumes transportés dans un contexte de forte concurrence européenne (les conducteurs des pays de l’Est coûtent quatre fois moins chers que ceux des pays d’Europe de l’Ouest) constitue l’un des principaux facteurs défavorables à une nouvelle augmentation des ventes de tracteurs. D’autant que, sur ce marché, qui est revenu à son niveau d’avant-crise, une large partie du parc le plus actif a été renouvelé avec des véhicules Euro-6 ces deux dernières années. Aussi, même si des transporteurs pourraient continuer d’investir dans de nouveaux véhicules Euro-6 au TCO très favorable à la réduction des coûts, l’OVI estime que les ventes de tracteurs devraient chuter de 8 % en 2017, à 25 000 unités.

Concernant le marché du porteur, dont la santé est étroitement liée à celle du BTP, les 3 % de croissance attendus dans ce secteur et le vieillissement du parc (un tiers a plus de 10 ans), devraient générer une nouvelle progression des ventes. Elle serait toutefois insuffisante pour compenser la baisse des ventes de tracteurs ; l’OVI table sur une hausse de 4 % des immatriculations de porteurs, à 21 000 unités. (AUTOACTU.COM 6/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.