Fermer
France

L’indice de santé générale de l’industrie automobile française a progressé de 13 % sur les douze derniers mois

Le #Etude - #Industrie automobile - #industrie équipementière
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’industrie automobile française ne s’est jamais aussi bien portée depuis 2008. C’est ce qui ressort du dernier baromètre AutoIndex du cabinet de conseil Strategy& (ex-Booz & Company). Son indice de santé général y a progressé de 13 % sur les douze derniers mois, affichant même un indice 119 sur le seul dernier trimestre de 2015 (la base 100 correspond à la moyenne de la période 2008/2012).

Cette progression s’explique bien sûr par la hausse des immatriculations de VL enregistrée tout au long de l’année 2015. « Nous prévoyons de nouveau une hausse de 6 % des immatriculations de VP sur 2016 », relève Strategy&. Autre explication de la santé recouvrée de l’industrie automobile française, la très bonne tenue de la production sur 2015. A la fin de l’exercice, et sur douze mois glissants, cette production était de 2 millions d’unités (VP + VUL), soit une volumétrie correspondant à une hausse de 9 % par rapport à 2014 (+ 8 % en valeur, avec une production de véhicules et de pièces et équipements valorisés à 54 milliards d’euros).

« Les productions de PSA et de Renault en France ont augmenté de respectivement 3 % (+ 25 000 unités) et 10 % (+ 129 000 unités) sur les douze derniers mois, à 1,657 million d’unités au total », souligne Strategy&. Le cabinet anticipe ici une hausse de production en volume de 3 % cette année en France.

Dernier élément explicatif de la hausse de l’indice de santé générale de l’industrie automobile française : l’évolution de la capitalisation boursière des constructeurs et équipementiers cotés à Paris. Elle a bondi au global de 39 %, à 78 milliards d’euros, entre la fin 2014 et la fin 2015. La capitalisation boursière de Renault est passée de 18 à 27 milliards d’euros, celle de PSA de 8 à 13 milliards d’euros, celle de Michelin de 14 à 16 milliards d’euros, celle de Valeo de 8 à 11 milliards d’euros, celle de Faurecia de 4 à 5 milliards d’euros et celle de Plastic Omnium de 3 à 4 milliards d’euros. Toutes ces entités ont amélioré leurs résultats financiers entre la fin 2014 et la fin 2015. « Chez PSA, le résultat opérationnel courant a atteint 2,7 milliards d’euros en 2015, contre 0,8 milliard d’euros en 2014, et Renault a atteint 2,3 milliards d’euros de marge opérationnelle en 2015, contre 1,6 milliard en 2014 », détaille Strategy&. (JOURNAL DE L’AUTOMOBILE 22/4/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.