Fermer
France

L’Europe constitue un enjeu majeur pour le succès de l’Espace

Le #Modèle - #Renault
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Si Renault s’est fixé un haut niveau d’exigence qualité pour l’Espace, les ambitions commerciales seront également élevées pour un véhicule qui, dans un premier temps, ne sera pas commercialisé à l’international. « Faisons d’abord le travail en Europe, nous verrons après », a déclaré le président du constructeur Carlos Ghosn lors d’une table ronde au Mondial de l’Automobile.

Renault n’a annoncé aucun objectif de volumes pour le nouveau véhicule. On sait cependant que les ventes de l’Espace ont atteint leur plus haut niveau en 2004 avec 60 000 unités, et qu’elles se sont élevées à un peu plus de 8 000 unités en 2013 (près de 13 000 en 2012). L’objectif pour le nouvel Espace sera entre ces deux bornes, a indiqué Jérôme Stoll, directeur délégué à la performance de Renault en charge des ventes.

En Europe, si la France sera bien évidemment le principal marché de l’Espace, le constructeur compte réaliser 60 % des ventes hors de l’Hexagone avec une forte concentration sur 6 pays : Allemagne à 25 % des volumes hors France, Belgique à 20 %, Espagne à 15 %, Pays-Bas à 6 % et Suisse à 6 %. Cette répartition a été faite « en fonction de la part de marché de Renault et le l’historique de l’Espace dans ces pays », explique Hervé Gros, responsable du marketing Europe (hors France) des gammes M2S et Z.E. Le véhicule sera commercialisé dans tous les pays européens, sauf en Angleterre, le constructeur y ayant recentré sa présence il y a quelques années sur une gamme réduite.

L’Espace devra composer avec un segment de marché et une typologie client qui ont considérablement évolué. « Le segment D E a fortement baissé partout en Europe et il est passé de 35 % à 22 % du marché en une dizaine d’années. Par ailleurs, il a été préempté par les marques premium, qui sont largement au-dessus de 57 % », explique M. Gros. « A cela s’ajoute un changement d’équilibre entre les silhouettes, la place du monospace étant passée de 10 % à 2 %, tandis que les silhouettes types SUV/crossovers sont passées de 5 % à 32 % dans le segment », précise-t-il.

Les clients également ont changé avec « un rééquilibrage entre les particuliers et les entreprises », souligne Hervé Gros. « Il y a 10 ans, la majorité des acheteurs dans le segment D E étaient des particuliers, nous sommes aujourd’hui sur une clientèle entreprise entre 60 % et 65 % selon les pays », ajoute-t-il. Pour séduire cette clientèle de chefs d’entreprise, Renault propose un contenu très technologique avec, par exemple, un écran de commandes de 9 pouces positionné en hauteur, la connectivité avec la deuxième génération du système R-Link, ainsi qu’un ensemble d’éléments d’aide à la conduite. Il innove également avec un dispositif baptisé Multi-Sense permettant de paramétrer plusieurs modes de conduite (Eco, Confort, Neutre, Sport auquel s’ajoute un mode Perso librement paramétrable) qui modifient les réglages du système 4Control (les quatre roues directrices actuellement uniquement proposées sur la Laguna coupé), de l’amortissement piloté, la direction, le moteur et la boîte EDC, les instruments de bord, la sonorité du moteur et l’ambiance lumineuse. « L’objectif dans les différents pays sera de chercher la conquête par cette offre différenciée, qui propose une expérience unique de conduite. L’Espace, pour lequel l’ingénierie de Renault a inventé beaucoup de choses, est un vrai nouveau concept. Nous devons aller chercher des clients que nous ne connaissons pas et qui ont l’habitude du haut de gamme », explique M. Gros, qui résume l’objectif en « plan 7070 » pour 70 % de conquête et 70 % d’entreprises.

« Cela nous demande de nous remettre en cause et nous serons également innovants lors de la commercialisation, qui se fera en Europe en avril dans tous les pays au même moment », conclut-il. (AUTOACTU.COM 9/10/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.