Fermer
Japon

Takata face à une crise majeure due aux défauts de ses insufflateurs d’airbags

Le #Equipement - #Rappel De Véhicule - #Sac gonflable
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’équipementier automobile japonais Takata, qui emploie plus de 43 500 personnes dans le monde, fait face à une crise majeure en raison d’un défaut sur les insufflateurs d’airbags équipant des millions de véhicules. Selon le quotidien économique Nikkei, quelque 9 millions d’entre eux ont déjà été rappelés pour ce seul défaut par les plus grands constructeurs (Toyota, Nissan, Honda, Mazda, BMW, Chrysler, Ford).

Dans le cas de Toyota, une grande partie des véhicules concernés avaient déjà été rappelés pour ce même problème en avril 2013. Toyota a expliqué vouloir « changer la solution » apportée à l’époque, ce qui le pousse à rappeler de nouveau les mêmes voitures. Honda avait déjà aussi rappelé de ce fait l’an passé plus d’un million d’automobiles. Les gonfleurs incriminés auraient été produits au début et au milieu des années 2000, hors du Japon.

« Au cours des derniers mois, nous avons constamment coopéré avec la NHTSA », a déclaré dans un communiqué le patron de Takata, Shigehisa Takada. « Nous restons cependant fermes sur la qualité de nos produits, sommes déterminés à assurer la sécurité des airbags et nous efforçons d’éviter tout dysfonctionnement », a-t-il poursuivi.
« Nous pensons que les niveaux élevés d’humidité dans les États (où ils se sont produits) sont un facteur important et nos ingénieurs analysent entre autres causes possibles l’impact que cela peut avoir sur le risque de dysfonctionnement du dispositif de gonflage ».

Le coût des réparations d’airbags requises pourrait porter un coup sévère aux finances de Takata, qui venait tout juste de sortir du rouge l’an passé, avec un bénéfice net de 11 milliards de yens (78 millions d’euros). Le groupe prévoyait jusqu’ici, pour 2014-2015, un résultat net de 16 milliards de yens (115,5 millions d’euros) sur un chiffre d’affaires de 560 milliards de yens (4 milliards d’euros). Takata, qui compte au total 56 usines dans le monde et est implanté dans 20 pays, approvisionne de nombreux constructeurs d’automobiles. (AFP 26/6/14, AUTOMOTIVE NEWS 25/6/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.