Fermer
Algérie

L’Algérie fixe ses règles d’importation

Le #Importations
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le Comité interministériel algérien chargé de la délivrance des licences d’importation a défini ses règles. En 2016, seuls quarante concessionnaires (sur quatre-vingt aspirants) ont obtenu le droit de travailler sur la base d’un quota national de 152 000 unités. Ils étaient cent trente en 2014-2015, selon les informations rapportées par le quotidien local El Moudjahid.

D’après les autorités, il en résultera une diminution remarquable de la facture d’importation des véhicules. Elle ne dépassera pas le milliard de dollars en 2016 (870 millions d’euros), contre 3,14 milliards de dollars (2,75 milliards d’euros) en 2015 et même 5,7 milliards de dollars (4,99 milliards d’euros) en 2014. Il faut souligner qu’il y a deux ans, le volume de véhicules importés atteignait 417913 unités. Il avait ensuite reculé de 36,4 %, à 265 523 exemplaires, en 2015. En 2016, ce quota a donc été fixé à 152 000 unités par le Comité interministériel.

« Nous avons fait en sorte que les importations en provenance d’un seul constructeur ne dépasse pas le seuil de 15 000 unités par an », a expliqué un responsable gouvernemental, cité par El Moudjahid. Les quatorze nouveaux concessionnaires de la liste officielle se voient même limités à 300 unités chacun durant la première année. Une forme d’échantillon de mise à l’épreuve. « Un quota très timide qui sera certainement mal accepté lorsque l’on sait que ces derniers espéraient bénéficier au minimum d’un millier d’unités », croit savoir le quotidien algérien. Certains produits, comme ceux des gammes Jaguar et Land Rover, pouvaient en effet espérer accumuler plus d’immatriculations. En revanche, le groupe Renault, qui produit des voitures localement, pourrait tirer profit de cette nouvelle limite. (JOURNALAUTO.COM 10/5/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.