Fermer
France

Jean-Philippe Imparato commente les résultats et objectifs de Peugeot

Le #Entretien - #Peugeot
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM (12/1/17), le directeur général de Peugeot Jean-Philippe Imparato explique que « le point clé sur 2016 pour [la marque], c’est l’amélioration sensible de [son] mix géographique entre Europe et hors Europe ». « Certes, nous avons été bien aidés par l’Iran, mais pas seulement. Il n’y a pas de petit pays et nous avons fait, par exemple, en Ukraine + 56 % de croissance, + 32 % au Chili, + 36 % en Argentine, + 72 % aux Philippines, + 40 % à Singapour ». La « progression en Iran, à peine un an après la reprise des livraisons (après un accord signé en janvier 2016), constitue une performance et sanctionne « la réinstallation des relations industrielles et commerciales en un temps record », souligne-t-il.

L’autre fait marquant de l’année pour Peugeot est le recul des volumes en Chine et Asie du Sud Est, en baisse de 60 000 unités (- 14,64 %), à 351 904 véhicules. L’année s’y est cependant terminée sur une reprise. « En Chine, nous avons souffert pendant 6 mois et, quand nous sommes arrivés avec 4008 [version locale du 3008], nous avons fait en commandes 120 % de l’objectif. En décembre, nous avons fait 43 800 livraisons, soit le meilleur volume mensuel de notre histoire », explique le dirigeant. Outre l’absence d’un produit fort en 2016, le recul des ventes de Peugeot en Chine est dû au réseau, dont 50 % est en difficulté en raison d’un niveau d’endettement trop élevé, ajoute-t-il.

Sur les trois autres régions, l’Amérique Latine en phase d’assainissement ces dernières années est repartie à la hausse avec une progression de 23,55 % de ses volumes, à 122 639 unités (23 378 de plus) après plusieurs années de recul. Cette région regagne un peu de poids et se situe en 2016 à 6,4 % des volumes. Deux régions restent encore totalement marginales : l’Eurasie (Russie essentiellement), à 0,3 % des volumes, avec moins de 6 000 ventes (5 626 exactement), où l’accent sur la rentabilité a fait fondre les ventes, et l’Inde et Pacifique, où le groupe PSA n’a toujours pas de projet d’implantation industrielle.

En matière de produits, l’année se termine avec un record pour la marque en vente de VUL avec 197 000 unités, « qui nous replace au niveau de ventes de 2007 », souligne M. Imparato. L’autre bonne nouvelle est l’accueil du 3008, nettement au-dessus des objectifs initiaux avec déjà 60 000 commandes depuis son lancement en fin d’année. Le défi est désormais d’accroître la capacité de production du véhicule, calé à 140 000 aujourd’hui, pour la porter à 200 000. « Nous entrons dans l’année 2017 avec un portefeuille en hausse de 20 % par rapport à l’année dernière, ce qui nous met dans une situation de sérénité à l’approche de la présentation du 5008 à Genève », indique-t-il.

Pour 2017, le dirigeant n’annonce pas d’objectif de volume, mais souligne que, « d’un point de vue managérial, passer le cap des deux millions d’unités [lui] irait bien ». Cela correspondrait à une croissance de 4,2 % et un peu plus de 80 000 unités. L’autre but consiste à poursuivre le redéploiement géographique, avec une cible à 45 % hors d’Europe en 2017 (soit une hausse de 2,4 points), l’ambition globale du groupe étant d’atteindre au moins 1 vente sur 2 hors Europe.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.