Fermer
France

Jaguar Land Rover France vise les 3 % de rentabilité pour son réseau

Le #Jaguar Land Rover
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après la restructuration du premier semestre 2016 et la mise en place, le 1er juin, d’un nouveau contrat à durée indéterminée, le réseau Jaguar Land Rover compte désormais 75 concessions, dont 44 sites mixtes et 31 sites Land Rover. L’objectif d’ici à 2020 est de ne compter que des sites mixtes, proposant les deux marques dans un écrin commun, avec une entrée centrale unique et des showrooms distincts, dans le cadre d’une nouvelle architecture, baptisée « Arch Concept » et inaugurée pour la première fois en 2015, à Saint-Ouen l’Aumône (Val d’Oise). « A fin mars 2017, 25 concessions arboreront cette nouvelle signature visuelle, et d’autres suivront rapidement, comme Fréjus, dans un bâtiment de 2 500 m2, et La Rochelle à la fin du mois de juin 2017 », indique Philippe Vassal, directeur du développement réseau de Jaguar Land Rover France.

Pour amortir ces investissements immobiliers, l’objectif de Jaguar Land Rover France est d’offrir à son réseau une rentabilité de 3 % d’ici à 2020. Land Rover génère ce niveau de profitabilité de 3 % depuis 2015 et l’a conservé en 2016 malgré un léger recul de ses ventes (- 2 %, à 11 164 immatriculations) dû à l’arrêt de la commercialisation du Defender (qui représentait près de 2 000 livraisons en 2015, contre 200 en 2016). « Hors Defender, les ventes de Land Rover ont progressé de 15 % », précise Laurent Letourneur, directeur des opérations, avec notamment le best-seller Evoque, restylé mi-2015, qui a réalisé un nouveau record à 5 793 immatriculations (+ 15 %) pour sa sixième année de commercialisation, grâce à l’arrivée de la version Cabriolet (représentant 10 % du mix environ). Le Discovery Sport, lancé début 2015, a réalisé la plus forte progression de la gamme (+ 31 %), à 2 991 unités.

Si Land Rover est depuis longtemps profitable, ce n’était pas le cas de Jaguar jusqu’au second semestre 2016. « Les volumes de vente n’étaient pas suffisant auparavant. En 2016, nous sommes passés dans une autre dimension : nos ventes ont progressé de 148 %, avec l’arrivée du SUV F-Pace, devenu notre best-seller avec 1 587 ventes, soit près de 42 % de notre mix produit, et le succès de nos berlines XE et XF, notamment auprès des entreprises, qui réalisent respectivement 1 373 (+ 51 %) et 629 (+ 63 %) ventes », explique M. Vassal. Ainsi, le réseau Jaguar a pu atteindre les 2 % de rentabilité en 2016, et un ratio de 2,5 % est envisagé pour 2017, avec le F-Pace en année pleine.

Au cumul, Jaguar Land Rover France a réalisé un nouveau record d’immatriculations en 2016, avec 14 960 unités, en progression de 15 %. Après cette année extraordinaire en termes de croissance, Marc Luini, directeur général de la filiale, n’exclut pas de réaliser « 2 000 à 3 000 ventes de plus en 2017, si tout va bien ». La forte demande internationale pour le F-Pace (45 973 unités vendues en 2016 dans le monde) peut en effet jouer sur les volumes dévolus à la France. Côté nouveautés 2017, Jaguar accueillera la XF Sportbrake (variante break) et la F-Type restylée, tandis que Land Rover pourra s’appuyer sur le nouveau Discovery, tout cela au cours du premier semestre. (AUTOACTU.COM 13/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.