Fermer
Canada

Honda va investir 492 millions de dollars canadiens dans son usine de Alliston

Le #Honda - #Investissement
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Soutenu par le gouvernement canadien et celui de la province de l’Ontario, Honda va investir 492 millions de dollars canadiens (352 millions d’euros) dans ses installations d’Alliston, au nord de Toronto, a annoncé lundi le ministre du Développement économique Navdeep Bains. Les gouvernements du Canada et de l’Ontario contribueront chacun à hauteur de 41,8 millions de dollars sur trois ans.

Cet investissement va permettre d’adapter les lignes d’assemblage pour la production de la nouvelle génération des Civic et CRV. Un nouvel atelier de peinture va également être construit pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, a précisé Jerry Chenkin, président de la filiale canadienne de Honda.

Ces améliorations vont permettre de préserver 4 000 emplois à Alliston, où 385 000 véhicules ont été assemblés l’an dernier, et devraient « contribuer à ancrer plus profondément la présence de Honda au Canada », a indiqué le gouvernement du Canada dans un communiqué.

Cette annonce survient alors que le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, fait pression sur les groupes automobiles présents sur le sol américain pour qu’ils cessent leurs délocalisations vers le Mexique, où de nombreuses usines ont été ouvertes grâce à l’accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

Pour l’instant, Donald Trump a épargné les investissements des constructeurs au Canada, où les coûts de la main-d’oeuvre sont semblables à ceux des Etats-Unis. Les constructeurs installés au Canada ont aussi délocalisé des usines vers le Mexique grâce à l’Aléna.

Le ministre du développement économique de l’Ontario, Brad Duguid, a reconnu lundi que M. Trump représentait « un risque potentiel » pour l’industrie automobile canadienne. Il s’est cependant dit convaincu que le président élu ne ferait rien qui entraverait la complexe chaîne d’approvisionnement transfrontalière de l’industrie, qui lie plusieurs usines de l’Ontario à celles du Michigan et de l’Ohio, deux Etats qui ont voté pour M. Trump.

Les trois grands constructeurs automobiles américains se sont engagés à investir 1,5 milliard de dollars canadiens dans leurs usines en Ontario lors du renouvellement des conventions collectives de leurs employés l’automne dernier. (AFP 10/1/17, AUTOMOTIVE NEWS 9/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.