triangle orange
Japon

Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan, souligne l’importance “cruciale” de l’Alliance à ses yeux

Analyse de presse de 14H00 - Le #Alliance - #Dirigeant - #Nissan
triangle bleu

Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan, a indiqué dans un entretien avec LES ECHOS qu’il tenait “plus que tout à l’Alliance avec Renault”, et qu’il était “très reconnaissant envers Carlos Ghosn du travail fourni depuis 20 ans chez Nissan”. “Je crois que peu de gens dans le monde auraient été capables de réaliser ce qu’il a accompli. Je continue de penser que ce qu’il a fait dans ce groupe est considérable”, a précisé M. Saikawa.

“L’Alliance est cruciale. J’ai été, il y a pratiquement vingt ans, parmi ceux qui ont travaillé à la conception même de l’Alliance. J’ai grandi avec elle et, aujourd’hui, je suis persuadé que l’Alliance est un avantage compétitif clef pour nos entreprises. Cela renforce considérablement notre efficacité. Je ne ferai jamais rien qui serait de nature à nuire ou à fragiliser cette structure, bien au contraire. Et vous ne ferez croire à personne que je pourrais chercher à nuire à l’Alliance”, a déclaré M. Saikawa.

“Plus que jamais. Nous continuons d’ailleurs de travailler ensemble au quotidien et nous préparons l’avenir, c’est essentiel. Il n’y a personne chez Nissan, Renault ou Mitsubishi qui envisage de se passer de cette Alliance. C’est elle qui nous permet de rivaliser avec les géants de l’industrie automobile. Nous travaillons ensemble dans le respect mutuel et il n’y a rigoureusement aucune raison de remettre cela en cause”.

Interrogé sur une éventuelle fusion des deux groupes, M. Saikawa a indiqué : “L’Alliance telle qu’elle existe aujourd’hui fonctionne parfaitement sur les principes établis dès le départ : coopération étroite et mutuellement bénéfique dans le respect de l’identité et de l’autonomie de chacun des partenaires, ce qui nous permet de bénéficier de tous les avantages d’un grand groupe. Ce qui compte avant tout, ce n’est pas le lien juridique ou capitalistique, c’est le lien opérationnel quotidien entre les équipes. C’est une structure originale et complexe que nous avons appris à faire fonctionner. Nous avons réussi à l’élargir à Mitsubishi et on pourrait un jour l’élargir à un quatrième partenaire. Notre préoccupation du jour n’est pas une fusion, mais de renforcer en permanence l’Alliance pour que les générations futures de managers puissent en bénéficier comme nous en bénéficions aujourd’hui. Nous avons accumulé ensemble des années d’expérience. C’est cette expérience qu’il faut continuer à valoriser, d’autant que notre industrie fait face à des défis technologiques considérables”.

Source : LES ECHOS (14/1/19)