Fermer
France

Groupe PSA va distribuer des pièces d’équipementiers

Le #Pièce détachée - #PSA Peugeot Citroën
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Dans un entretien accordé à AUTOACTU.COM (6/4/16), le directeur pièces et services de Groupe PSA Christophe Musy indique que « la distribution de pièces d’équipementiers est essentielle pour devenir leader mondial d’une après-vente multimarque ». Afin d’augmenter de 10 % son chiffre d’affaires après-vente d’ici à trois ans, le constructeur doit aller chercher des clients chez les conducteurs de véhicules d’autres marques en devenant résolument multimarque. Il a donc décidé de distribuer dès la deuxième partie de l’année des pièces d’équipementiers.

L’après-vente a été citée par le président de Groupe PSA, Carlos Tavares, comme l’un des piliers stratégiques du plan de croissance rentable et organique « Push To Pass ». Groupe PSA a commencé dès 2015 à révolutionner son après-vente dans l’objectif d’élargir sa base de clients en devenant un acteur multimarque à travers quatre grandes étapes. La première a été la création d’une « business unit » mondiale pièces et services réunissant pour la première fois les pièces Peugeot, Citroën et DS, placée sous la direction de Christophe Musy. La deuxième a été la fusion des réseaux multimarques Eurorepar et Motaquip pour créer un seul et même réseau à vocation mondiale Eurorepar Car Services. A cela le groupe a associé la création d’une Business Unit Eurorepar et le déploiement de sa gamme de pièces Eurorepar pour qu’elle devienne elle aussi mondiale.
La troisième étape a été la décision de retirer la distribution des pièces à son réseau pour la confier à des plateformes gérées par des concessionnaires Peugeot et Citroën candidats à la distribution de toutes les pièces du groupe. Enfin, la dernière étape a été le rachat du site de ventes de pièces en ligne Mister Auto.

Maintenant que tout cela se met en place, Carlos Tavares a annoncé des objectifs clairs : augmenter de 10 % le chiffre d’affaires de l’activité après-vente du groupe d’ici à 2018 et de 25 % d’ici à 2021. « Nous réalisons aujourd’hui la majorité de notre chiffre d’affaires après-vente en Europe puisque notre parc est aujourd’hui essentiellement européen. Mais nous estimons que d’ici à 2020, 50 % de notre parc 10 ans sera situé hors Europe. Une partie de la croissance viendra donc de l’international », indique M. Musy. « Pour autant, nous ne pouvons pas seulement compter sur notre parc comme base de croissance de notre activité car il avait baissé ces dernières années, surtout en Europe, et la croissance de nos ventes va seulement permettre de compenser ce recul. Nous constatons en outre une décroissance du chiffre d’affaires par véhicule de notre parc. Et l’amélioration de la qualité de nos véhicules sur laquelle nous continuons de travailler ne va pas dans le sens d’une hausse des opérations sur notre parc. C’est pourquoi nous comptons adresser désormais tous types de clients, possesseurs ou non d’un véhicule de nos marques, pour élargir notre base de clients et devenir le leader mondial du service après-vente multimarque. Tout le travail consiste donc à proposer la bonne gamme de produits au bon client », explique-t-il.

« Nous allons commencer en France et en Belgique [la commercialisation de pièces d’équipementiers] au second semestre de cette année en nous appuyant sur les plateformes [celles créées par les distributeurs Peugeot et Citroën] déjà installées. Puis nous continuerons progressivement à déployer cette offre dans les autres pays au rythme de l’installation de nouvelles plateformes et selon l’évolution du sourcing auprès des équipementiers. En Europe, nous comptons déjà 18 plateformes opérationnelles sur les 150 prévues. La majeure partie se trouve en France, où nous pensons qu’il y aura environ 35 plateformes. Nous sommes ambitieux, mais nous restons humbles car c’est un nouveau métier. Toutefois nous pensons avoir les atouts pour mener à bien cette nouvelle activité, comme notre puissance logistique », indique M. Musy. « Les équipementiers nous suivent parce qu’ils croient en notre capacité à développer cette activité. Mais pour le moment, nous ne donnons pas de date et d’objectifs de volumes liés à un déploiement mondial », ajoute-t-il.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.