Fermer
France

France Stratégie envisage une généralisation du véhicule autonome entre 2035 et 2060, selon deux scénarios de déploiement

Le #Conduite autonome - #Économique - #Véhicule connecté
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

France Stratégie, organisme d’expertise auprès du Premier ministre, vient de publier une note d’analyse sur le véhicule autonome. Elle tente notamment de définir une vitesse de déploiement du véhicule autonome et retient deux scénarios, « correspondant aux valeurs haute et basse des temps de diffusion observés pour des innovations antérieures (ceinture de sécurité, ABS, ESP) ».

Le premier scénario, dit « tendanciel », n’envisage la commercialisation des premiers véhicules qu’en 2040 et un déploiement sur 20 ans, soit jusqu’en 2060, pour que tous les véhicules vendus soient autonomes. Le second, dit « de rupture », table sur une commercialisation des premiers véhicules autonomes en 2025 et une diffusion en 10 ans, à l’ensemble des véhicules en 2035. Dans ce scénario rapide, il faut imaginer « que, dès 2020, certains véhicules commercialisés ne soient pas autonomes mais ‘autonomisables’, c’est-à-dire susceptibles de devenir autonomes par une simple mise à jour du logiciel (comme le pratique déjà Tesla). Se constituerait ainsi un parc de véhicules autonomisables rendant possible une diffusion accélérée dès que la technologie serait prête, à partir de 2025 », estime France Stratégie.

Le cabinet Roland Berger avait proposé un scénario intermédiaire. En 2030, les véhicules ayant des fonctions d’autonomie partielle (gestion de la vitesse et de la trajectoire sur autoroute ou dans les bouchons) représenteraient un quart des ventes et les véhicules totalement autonomes 5 % des ventes. Son déploiement en 2030 serait facilité par la forte baisse du coût des technologies d’autonomie qui pourrait tomber à 6 000 dollars, contre 150 000 aujourd’hui et 50 000 en 2020, estime le cabinet.

En conclusion, ces contraintes de coûts, « de cybersécurité, de responsabilité ou de législation pourraient ne pas peser bien lourd face à ce dernier défi pour le véhicule autonome : convaincre le conducteur de lâcher le volant », indique France Stratégie. (AUTOACTU.COM 20/4/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.