Fermer
Italie

Fiat Chrysler songe à une société de holding aux Pays-Bas pour Ferrari

Le #Ferrari - #Introduction en bourse
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Fiat Chrysler pourrait créer une société de holding basée aux Pays-Bas chargée du contrôle de Ferrari, qui doit être scindée du reste du groupe cette année, a déclaré Sergio Marchionne, administrateur délégué de FCA, lors du salon automobile de Genève.

« Ferrari va continuer de fabriquer des voitures en Italie, de générer des profits dans ce pays et de payer des impôts en Italie. Il pourrait y avoir une solution, et nous l’examinons, consistant à avoir une société au-dessus de Ferrari », a détaillé Sergio Marchionne. Un tel dispositif, qui pourrait ressembler à celui créé pour le groupe Fiat Chrysler, viserait à faciliter l’introduction en Bourse de Ferrari et ne serait pas motivé par des raisons fiscales, a-t-il souligné.

Fiat a créé une holding, Fiat Chrysler Automobiles (FCA), enregistrée aux Pays-Bas mais fiscalement domiciliée en Grande-Bretagne, avec New York pour principale place de cotation.

Fiat Chrysler compte procéder à l’introduction en Bourse (IPO) de Ferrari au premier semestre de 2015, « mais l’opération pourrait aussi glisser au troisième trimestre », a poursuivi M. Marchionne. L’objectif du constructeur reste toutefois de boucler la scission d’ici à la fin de l’année. Sergio Marchionne a précisé que l’IPO pourrait porter sur plus de 10 % du capital de Ferrari, au vu de la demande élevée. « Nous devons prendre la bonne décision ; vendre 10 % lorsque la demande est bien plus forte c’est trop peu », a-t-il expliqué.

Il a ajouté que Ferrari avait la capacité technique de produire 10 000 véhicules par an mais souligné que c’était une hypothèse, non un objectif. (REUTERS 3/3/15)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.