Fermer
France

Feu vert pour le retour du Grand Prix de Formule 1 au Castellet

Le #Formule 1 - #Sport
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Après dix ans d’absence, le Grand Prix de France redémarrera en 2018 sur le circuit Paul-Ricard, au Castellet (Var), porté par la Région Provence Alpes Côte d’Azur (PACA). « Nous avions perdu ce Grand Prix en 1990, il revient en Provence et ce n’est que justice pour notre région », a lancé Christian Estrosi, président de la région PACA lors d’une conférence de presse organisée au siège de l’Automobile Club de France (ACF).

La date optimale souhaitée pour ce nouveau GP de France se situe à la fin de l’été 2018, entre la fin août et le début septembre, soit entre les dates habituelles du GP de Belgique et celui d’Italie. Le dernier GP de France de F1 a eu lieu en 2008, sur le circuit de Magny-Cours (Nièvre), avec un déficit important épongé par l’Etat et les collectivités locales. Entre 1971 et 1990, il avait eu lieu 14 fois au Castellet, à l’époque où Paul Ricard payait une grosse partie de la facture.

« Les contrats ont beaucoup changé depuis 25 ans », a plaisanté Me Arnaud Péricard, au coeur ces derniers mois des négociations avec la société Formula One Management (FOM) de Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1 et ancien propriétaire du circuit varois. Les chiffres sont connus et confirmés depuis lundi. Le budget du retour du GP de France sera de « 30 millions d’euros par an, dont 14 millions venant des collectivités locales et 16 millions de recettes directes (billetterie, produits dérivés, etc.). « L’impact pour l’économie locale sera de 65 millions d’euros », a affirmé M. Estrosi, sur la base d’un audit du cabinet international Deloitte.

Un Groupement d’intérêt public (GIP) va être constitué début 2017, autour de la société Excelis, gestionnaire du circuit varois, et des collectivités locales. Il sera le promoteur de l’événement et fournira la garantie bancaire souhaitée par la FOM. La région a aussi l’intention de développer plusieurs filières industrielles autour d’un GP de France de F1 qui sera considéré comme « un moteur » pour l’économie locale, a ajouté M. Estrosi, en soulignant l’intérêt des entreprises déjà présentes sur le parc d’activités de Signes, juste à côté du circuit Paul-Ricard.

Ce GP de France permettra aussi d’organiser une grande opération de sensibilisation à la sécurité routière dans la région PACA, en liaison avec la FIA, a souligné Jean Todt, présent à Paris grâce à un message vidéo enregistré la semaine dernière. (AFP 5/12/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.