Fermer
Italie

Ferrari anonnce un bénéfice net en hausse de 18,1 % au deuxième trimestre et confirme ses objectifs 2018

Analyse de presse de 14H00 - Le #Ferrari - #Résultats financiers - #Ventes
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Ferrari a confirmé ses objectifs pour l’ensemble de l’année 2018 après avoir enregistré un bond de 18,1 % de son bénéfice net au deuxième trimestre. Ces résultats sont les premiers annoncés par le constructeur depuis la mort le 25 juillet de son président Sergio Marchionne. En raison de la brusque dégradation de son état de santé, il avait été remplacé quelques jours auparavant par Louis Camilleri, ancien patron du cigarettier Philip Morris et membre du conseil d’administration de Ferrari depuis octobre 2015.

« Nous sommes attristés par la perte de Sergio Marchionne », a souligné le groupe, confirmant son « engagement à poursuivre les valeurs qu’il incarnait et à réaliser sa vision avec détermination, ambition et passion, dans le sillon de Enzo Ferrari, fondateur de Ferrari ». Cette nouvelle ère, qui s’annonce difficile tant M. Marchionne avait imprimé sa marque sur Ferrari, a néanmoins commencé sous de bons auspices.

Le bénéfice net sur le trimestre a atteint 160 millions d’euros, alors que les analystes tablaient en moyenne sur 154 millions d’euros. Le chiffre d’affaires a en revanche diminué de 1,6 %, à 906 millions d’euros. A taux de change constants, il a néanmoins progressé de 1,4 %. Ferrari a en outre livré sur le trimestre 2 463 voitures, soit 5,6 % de plus par rapport à la même période de 2017. Parmi les autres indicateurs, la dette nette industrielle de Ferrari a atteint 472 millions d’euros fin juin, contre 413 millions trois mois plus tôt.

L’Europe-Moyen-Orient-Afrique reste le principal marché du groupe, avec 1 073 véhicules livrés, suivi de l’Amérique (850 unités). Les livraisons ont augmenté de 26 % en Chine-Hong Kong et Taïwan, à 177 véhicules.

Sergio Marchionne a réussi à préserver l’exclusivité de cet emblème du savoir-faire italien, tout en augmentant la production et en faisant de Ferrari une entreprise cotée en Bourse avec un grand succès. Depuis son entrée à la Bourse de Milan le 4 janvier 2016, le titre a gagné plus de 160 %. M. Marchionne devait rester aux commandes de Ferrari au moins jusqu’en 2021 et avait promis de dévoiler en septembre un plan stratégique sur cinq ans. Cette feuille de route prévoit la poursuite d’une forte rentabilité, le lancement de nouveaux produits, dont un SUV dès 2019 et des sportives hybrides. Il reviendra à M. Camilleri de dévoiler ce plan les 17 et 18 septembre à Maranello, siège historique de la marque.

Ferrari a d’ores et déjà confirmé ses prévisions pour l’année en cours : un chiffre d’affaires supérieur à 3,4 milliards d’euros, plus de 9 000 véhicules livrés, un bénéfice brut d’exploitation Ebitda ajusté égal ou supérieur à 1,1 milliard d’euros et une dette nette industrielle inférieure à 400 millions.

Source : AFP (1/8/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.