Fermer
Italie

Ferrari annonce des résultats record pour 2015, avec toutefois une dette élevée

Le #Ferrari
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Ferrari a annoncé une petite hausse de son bénéfice net en 2015, à 290 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros, en hausse de 3 %. Ses ventes en volume ont progressé de 6 %, à 7 664 unités, avec une forte croissance en Australie et au Japon. Ferrari s’est félicité de ses résultats 2015, « les meilleurs jamais réalisés » par le groupe.

Mais le constructeur a également annoncé une dette de 1,938 milliard d’euros au titre de l’année 2015 et ses prévisions pour 2016 ont été jugées décevantes. Il table sur une dette de 1,950 milliard d’euros, un chiffre d’affaires de 2,9 milliards d’euros et un Ebitda (résultat d’exploitation) ajusté de 770 millions. Le groupe compte en outre vendre 7 900 voitures.

Ces prévisions, associées au niveau de dette, ont déçu les investisseurs. Le titre Ferrari a fini en baisse à la Bourse de Milan ainsi qu’à New York. Depuis son introduction à Wall Street le 21 octobre dernier, le titre Ferrari a perdu près d’un tiers de sa valeur. « La réaction des marchés est pour moi incompréhensible, sachant que pour Ferrari, ce sont des résultats record », a déclaré Sergio Marchionne, président de Ferrari.

Ferrari, qui limite volontairement sa production de voitures, prévoit de l’augmenter à « 8 000-9 000 unités » d’ici à 2019, tout en respectant le principe du fondateur Enzo Ferrari « de vendre toujours une voiture de moins que ce que le marché demande », avait récemment expliqué M. Marchionne.

Le groupe réfléchit également à la manière de se diversifier en vendant davantage de produits dérivés (montres, appareils électroniques, etc…).

A la suite de la scission d’avec FCA, Ferrari est désormais détenu à hauteur de 24 % par Exor (holding de la famille Agnelli), de 10 % par Piero Ferrari (fils du fondateur) et de 66 % par le marché. (AFP, IL SOLE-24 ORE 2/2/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.