Fermer
Etats-Unis

Des « dizaines de millions » d’airbags Takata supplémentaires pourraient être rappelés

Le #Rappel De Véhicule - #Sac gonflable
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le nombre de rappels d’airbags Takata défectueux, liés à dix décès dans le monde, pourrait encore augmenter aux Etats-Unis et atteindre « plusieurs dizaines de millions », a indiqué l’Agence américaine de la sécurité routière (NHTSA).

Pour l’heure, les autorités américaines ont rappelé quelque 28 millions d’airbags fabriqués par l’équipementier japonais et équipés de gonfleurs au nitrate d’ammonium qui peuvent exploser en cas de collision mineure, projetant des fragments sur le conducteur ou le passager. « Tous les gonfleurs au nitrate d’ammonium devront, au final, être rappelés (…) à moins que Takata ne prouve qu’ils sont sans danger sur le long terme », a expliqué la NHSTA. L’Agence estime que le nombre d’airbags supplémentaires potentiellement visés pourrait atteindre « plusieurs dizaines de millions ». Selon le quotidien japonais Nikkei, elle aurait cité une fourchette de « 70 à 90 millions » d’airbags supplémentaires, qui s’ajouteraient aux quelque 28 millions déjà visés par des rappels aux Etats-Unis. Les médias japonais indiquent que Takata va présenter jeudi 25 février aux constructeurs sa stratégie pour sortir de cette crise.

La NHTSA a par ailleurs rendu public lundi le rappel de près de 180 000 voitures Saab et Saturn, deux marques qui appartenaient à General Motors mais qui ne sont aujourd’hui plus fabriquées, en raison du risque présenté par leurs airbags Takata.

En dépit de plusieurs mois d’enquête, l’agence américaine de la sécurité routière n’a pas pu établir la cause de l’avarie mais a identifié deux facteurs à risque pouvant conduire aux ruptures d’airbags : leur ancienneté et une longue exposition à une très forte humidité. (AFP, AUTOMOTIVE NEWS 22/2/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.