Fermer
Etats-Unis

Des dirigeants de Takata entendus par une commission sénatoriale

Le #Rappel De Véhicule - #Sac gonflable
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Deux hauts responsables de Takata, dont Hiroshi Shimizu, son vice-président chargé de la Qualité, seront entendus aujourd’hui par une commission sénatoriale aux Etats-Unis, réputée pour avoir déjà mis dans l’embarras par deux fois cette année les dirigeants de General Motors. « L’audience examinera comment des airbags Takata défectueux ont pu être installés dans un si grand nombre de véhicules et évaluera la réponse des constructeurs d’automobiles et de la NHTSA », explique la commission.

Ce défaut est à l’origine de nombreux incidents et de plusieurs décès : cinq selon les médias, dont trois confirmés par Takata et par Honda, plus gros client de l’équipementier. Takata assure avoir déjà modifié la composition chimique pour améliorer ses produits mais réfute avoir fait ces ajustements afin de corriger des vices de conception en réaction à la crise.

Cette affaire lui vaut d’être l’objet d’une enquête pénale du département de la Justice (DoJ), tandis que la NHTSA tente, elle, d’établir sa responsabilité et celle de Honda. Les deux groupes font également l’objet de plusieurs plaintes aux Etats-Unis, dont certaines en nom collectif. (AFP 19/11/14)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.