Fermer
Iran

Des Citroën sortiront d’une usine iranienne à partir de 2018

Le #Citroën - #PSA Peugeot Citroën - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Des Citroën sortiront d’une usine iranienne à partir de 2018, aux termes d’un accord de coentreprise scellé avec le groupe automobile Saipa, a annoncé le Groupe PSA, maison-mère de la marque aux chevrons. Le président du constructeur Carlos Tavares a en effet signé le 6 octobre à Kashan (200 km au sud de Téhéran) le contrat liant son groupe à Saipa, partenaire historique de Citroën, mais qui n’avait plus produit de voitures de cette marque depuis le début de la décennie.

Conformément à l’accord-cadre paraphé le 21 juillet, la nouvelle coentreprise à 50-50 « investira plus de 300 millions d’euros en capacités industrielles et en recherche et développement au cours des cinq prochaines années », indique le Groupe PSA. « L’accord s’accompagne d’un transfert de technologies et d’un haut niveau de contenu local », ajoute-t-il. Il s’agit d’un prérequis du gouvernement iranien, qui cherche à moderniser le secteur automobile durement touché par des sanctions internationales liées au programme nucléaire. Le Groupe PSA avait d’ailleurs quitté l’Iran en 2012 sous la pression de ces sanctions et, à la faveur de leur levée, a annoncé le retour de ses marques DS, Peugeot et Citroën dans le pays.

« La production à Kashan de trois véhicules adaptés au cœur du marché iranien démarrera en 2018 », souligne le Groupe PSA, qui n’a pas donné d’autre détail sur ces modèles dans l’immédiat. « Début 2017, des véhicules importés marqueront le retour en force des chevrons dans le pays », a encore promis l’entreprise, dont les responsables soulignent que Citroën jouit d’une bonne image de marque en Iran. Quelque 100 000 berlines Xantia, seul véhicule « premium » iranien, y ont été fabriquées et vendues dans la décennie 2000-2010. Citroën bénéficiera aussi d’un réseau commercial exclusif de 150 points de vente ouverts « dans les cinq prochaines années », selon la même source.

L’usine Saipa de Kashan, la plus moderne d’Iran puisqu’elle a été inaugurée en 2010, produit actuellement des versions locales d’automobiles sud-coréennes Kia des années 1980n ainsi qu’un 4×4 urbain chinois.

Les produits Citroën monteront en cadence jusqu’à occuper toute la capacité de l’usine. Le Groupe PSA envisage un rythme annuel de 150 000 unités à l’horizon 2021, mais l’installation peut à priori sortir plus de 200 000 véhicules, selon des responsables de l’entreprise.

Les relations entre Citroën et Saipa existent de longue date : la marque française a produit et commercialisé des véhicules à partir de 1966 en Iran. A l’époque, il s’agissait de dérivés de 2CV. Avec cette signature, Le Groupe PSA se retrouve engagé dans deux coentreprises en Iran : l’autre, scellée en juin, concerne la marque Peugeot et son partenaire de longue date Iran Khodro. (AFP 6/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.