Fermer
France

Dacia reste fidèle à son credo et enrichit sa gamme à prix constant

Le #Dacia
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Depuis son lancement, l’offre Dacia démarre avec une Logan à 7 790 euros. Le succès commercial apporte les volumes qui permettent à la gamme de s’enrichir sans hausse de prix, explique François Mariotte, directeur commercial monde de Dacia. « Nous sommes 15 % moins cher en prix remisé corrigé des équipements qu’un constructeur généraliste, c’est notre crédo », souligne le dirigeant. En prix affiché, cela donne un écart de 25 % à 30 %. Ce positionnement prix original, Dacia le défend depuis son lancement et n’a jamais varié.

La marque n’est pas pour autant sans concurrence, qu’elle surveille avec attention. « Nos concurrents sont les marques généralistes quand elles font de grandes braderies », souligne M. Mariotte. « Quand nous sommes attaqués nous faisons des séries limitées », indique-t-il. Le prix est le premier critère d’achat pour 66 % des clients de Dacia (chiffre sur les 5 premiers marchés européens), même si seulement 3 % d’entre eux achètent la version de base. Le prix moyen de la gamme Dacia se situe 11 500 euros (15 000 euros pour le Duster).

Cette année, les ventes de la marque Dacia devraient atteindre 585 000 véhicules, si la croissance des 10 premiers mois se confirme sur l’ensemble de l’année (+ 6 %), ce qui représenterait 35 000 voitures de plus. La France est de très loin le premier marché de la marque, représentant plus d’un quart de ses ventes (27 % sur 10 mois) et une croissance de 11,5 % à fin octobre.

Ce succès commercial a mis en tension l’appareil de production. « Le défi de Dacia est de fabriquer suffisamment de voitures pour répondre à la demande du commerce », explique François Mariotte. Les bonnes performances de Dacia permettent de financer un enrichissement qui reste cependant dans la philosophie d’investissement frugal de la marque. Dacia suit toujours la logique de son positionnement prix et l’évolution des équipements est tirée soit par les obligations règlementaires en termes de dépollution ou sécurité, soit par les demandes clients. Il y en a de ces deux ordres dans les évolutions proposées sur la phase 2 de la gamme X52, avec un nouveau moteur 1.0 SCe de 75 ch (qui remplace le 1.2 16V de 75 ch) pour en baisser les émissions de CO2 (- 10 % par rapport au 1.2) à 117g/km. En France, il se situera dans la zone neutre de la grille 2017, dans laquelle le malus démarre à 127 g/km. Il est notamment plus léger de 20 kg (que le 1.2) grâce à un bloc en aluminium. « Notre boulot, c’est de nous adapter et de suivre la réduction des émissions de CO2 sans anticiper et sans être à la traîne dans une logique ni bonus, ni malus », indique le dirigeant.
Ce nouveau moteur au sein de l’Alliance Renault-Nissan sera commercialisé pour la première fois sur l’entrée de gamme Sandero et Logan début 2017 (selon les pays). En France, Dacia prévoit qu’il devrait représenter 20 % des volumes des Sandero (hors Stepway pour laquelle il n’est pas disponible), Logan et Logan MCV.

Une autre évolution majeure de la gamme est l’offre de la boîte automatique EDC sur le Duster, en option pour un surcoût de 1 300 euros, en version diesel dCi 110 4×2 S&S. Une option qui répond à une demande des clients sur un segment C où le marché de la boîte auto représente 23 % des ventes. En France, Dacia s’attend à ce que cette version représente 15 % des volumes du Duster. (AUTOACTU.COM 24/11/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.