Fermer
Union européenne

Cri d’alarme de l’industrie automobile européenne contre les effets du Brexit

Le #Commission européenne
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

L’industrie automobile européenne a mis en garde le 27 avril contre les effets désastreux que pourrait avoir le Brexit sur ce secteur qui emploie près de 12,2 millions de personnes sur le continent. Deux jours avant un sommet extraordinaire des 27 de l’Union européenne à Bruxelles, destiné à adopter les « orientations de négociations » de l’UE sur le Brexit, l’association des constructeurs européens d’automobiles (Acea), celle des sous-traitants (Clepa) et l’Association des constructeurs et des vendeurs d’automobiles de Grande-Bretagne (SMMT) ont clamé leur inquiétude concernant les perturbations que pourrait provoquer la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE, lors d’une conférence de presse organisée à Bruxelles.

Le marché unique européen a en effet garanti entre le Royaume Uni et les autres pays de l’UE un commerce sans droit de douane des voitures, mais aussi des pièces détachées utilisées pour leur assemblage. « Actuellement, les industries automobiles de l’UE et du Royaume Uni sont étroitement intégrées […] Tout changement dans ce niveau d’intégration aura très certainement un impact négatif sur les fabricants dans l’UE et en Grande-Bretagne », a prévenu Erik Jonnaert, secrétaire général de l’Acea.

« L’objectif doit vraiment être de limiter l’impact du Brexit […] Ne pas avoir de droit de douane est un point de départ évident », a martelé Sigrid de Vries, secrétaire générale du Clepa. « Si des droits de douane étaient imposés, il faudrait d’une façon ou d’une autre contrebalancer ces coûts et cela aurait un impact sur les sous-traitants, les fabricants, mais aussi les clients, car les prix des voitures augmenteront et cela affectera la demande, la profitabilité et aura un effet sur l’emploi », a-t-elle ajouté.

Questionné sur le nombre d’emplois que le Brexit pourrait coûter, M. Jonnaert a refusé de « spéculer » sur un chiffre, indiquant que cela dépendrait des négociations. Mike Hawes, directeur général de SMMT, a aussi souligné la perte que pourrait représenter pour le secteur le départ de personnel non britannique du fait de conditions de séjour plus difficiles après le Brexit. Plus de la moitié des voitures et 90 % des camionnettes fabriquées en Grande-Bretagne l’an passé ont été achetées par des clients en Europe. Inversement, sept automobiles sur dix vendues au Royaume Uni proviennent de l’Union européenne. (AFP 27/4/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.