Fermer
France

Comparaison entre les taux de robotisation en France et en Allemagne

Le #Etude
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

LES ECHOS (15/7/14) expliquent que l’une des principales manifestations du sous-investissement dans l’industrie en France tient à la faible robotisation des usines, soulignant que l’on compte environ 162 000 robots en Allemagne quand la France en aligne à peine 34 000. Derrière ces chiffres se cache toutefois une réalité plus complexe, révèle une étude réalisée par le cabinet Roland Berger dans le cadre du plan Usine du futur du gouvernement. Rapporté au nombre d’employés, l’écart entre les deux pays est moins grand qu’il n’y paraît. Le taux de robotisation, c’est-à-dire le nombre de robots installés pour 10 000 employés, s’élève à 84 en France, contre 125 outre-Rhin. Surtout, il varie largement selon les secteurs. Dans l’automobile par exemple, « la différence n’est pas si importante que cela », souligne Max Blanchet, senior partner chez Roland Berger : on compte 755 robots industriels pour 10 000 employés en Allemagne, contre 695 en France, ce qui représente un écart de 9 %. Autrement dit, si les usines automobiles allemandes utilisent beaucoup plus de robots que leurs homologues hexagonales (86 000 contre 18 000), c’est en grande partie parce qu’elles sont plus importantes, indique le quotidien.

La situation est différente dans l’agroalimentaire et dans l’industrie des métaux, où la France affiche un taux de robotisation nettement plus faible. On constate ainsi un écart de 55 % avec l’Allemagne dans le premier cas et de 85 % dans le second. La situation est encore plus contrastée dans la chimie-plasturgie, avec un écart de 129 % entre le taux de robotisation des industries de part et d’autre du Rhin.

Entre 1998 et 2013, le parc français de machines de production a vieilli de 1,5 an, pour atteindre un âge moyen de 19 ans. Le chiffre est quasi identique à celui de l’Allemagne (19,1). « C’est lié aux fermetures d’usines. Elles ont compensé l’absence d’investissement en éliminant les machines les plus anciennes. A l’inverse, l’industrie manufacturière allemande a investi dans des capacités mais a aussi maintenu en activité des vieilles machines afin de faire face à l’augmentation des volumes », explique M. Blanchet. De fait, l’industrie allemande affiche un taux d’utilisation de 95 %, alors que la France tourne à 81 %.

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.