Fermer
France

Citroën mise sur le C5 Aircross pour soutenir ses ventes

Analyse de presse de 14H00 - Le #C5 Aircross - #Citroën - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

« Nous avons réalisé un record de ventes depuis sept ans. Les immatriculations mondiales ont augmenté de 9 % dans la première partie de l’année, avec un bond de 50 % en Chine », se réjouit Linda Jackson, directrice générale de Citroën. Les bons scores de la C3, de la gamme utilitaire, du C4 Cactus et du C3 Aircross (le petit véhicule de loisir lancé en juin  2017) confirment la bonne dynamique de la marque. Le C5 Aircross, qui figurera en bonne place sur le stand Citroën au Mondial de l’Automobile de Paris, devrait encore conforter la tendance.

Quelques dizaines de C5 Aircross sortent chaque semaine de la ligne de production de l’usine PSA de Rennes qui, à l’heure actuelle, produit des Peugeot 5008. La montée en puissance du véhicule à partir de septembre doit permettre de produire 110 000 C5 Aircross en 2019, soit le niveau des ventes mondiales, hors Chine, que Citroën a prévues sur l’année. Car le véhicule de loisir se vend déjà en Chine, où il est produit depuis septembre 2017. Citroën en a déjà écoulé 40 000 là-bas et le modèle contribue au renouveau de la marque après trois années de déroute commerciale. « C’est un lancement atypique. Pour la première fois dans le groupe, nous adaptons un véhicule fabriqué en Chine au reste du monde. Jusqu’ici, on faisait l’inverse », souligne Jean-Philippe Lamy, chef de projet C5 Aircross à Rennes. Cela explique pourquoi 15 % des pièces sont chinoises et acheminées vers Rennes à la cadence de cinq conteneurs par jour. Un quart des éléments constitutifs sont en revanche fabriqués dans le bassin industriel rennais.

Source : MONDE (18/7/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.