Fermer
France

Christian Peugeot souhaite que les pouvoirs publics soutiennent la conversion électrique de l’industrie

Analyse de presse de 14H00 - Le #CCFA - #Christian Peugeot - #OICA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Christian Peugeot, qui a pris pour un an la présidence de l’Oica (Organisation internationale des constructeurs d’automobiles), demande l’aide des pouvoirs publics pour faciliter le décollage des voitures à batterie. « Ce que nous souhaitons, c’est que soient créées les conditions de développement des nouvelles motorisations. Les constructeurs ont investi des sommes considérables, il ne faut pas que cela soit en pure perte. Tous vont proposer à partir de cette année des nouvelles gammes plus larges de véhicules hybrides et rechargeables. Il faut donner envie aux consommateurs de les acheter. Cela passe d’abord par les infrastructures. Lors de la signature du contrat de filière en mai, le gouvernement avait promis le déploiement de 100 000 bornes de recharge d’ici à 2022. Or, on ne voit pas d’évolution notable. Le nombre de bornes publiques stagne à 25 000, et on a perdu un temps le réseau des 6 000 bornes d’Autolib’ à Paris, dont seulement la moitié ont été remises en fonctionnement. Il faut aussi créer des avantages à l’usage, comme des voies réservées, et rendre obligatoire le droit à la prise, aujourd’hui purement théorique. Reste la question du coût global. Il faut encore des primes à l’achat pour que le bilan économique des particuliers et des entreprises passant à l’électrique soit équilibré », déclare M. Peugeot, qui est par ailleurs président du CCFA.

« Le besoin de mobilité ne va pas disparaître. Et comme la construction de grandes infrastructures de transport est très lente et très complexe, la voiture va rester indispensable. Dans ce cadre, le ‘car bashing’ devient pénible : il ne résout pas le sujet de la mobilité ! Soyons pragmatiques », explique par ailleurs le dirigeant.

« L’Europe a les objectifs [environnementaux] les plus exigeants au monde. Respecter les critères en matière de CO2 fixés pour 2020 va être un vrai challenge pour tous les constructeurs ! Mais il y a eu des progrès considérables en vingt ans, et les industriels n’ont aucune intention de payer les amendes prévues », souligne encore M. Peugeot. « Leur réussite dépendra en partie de la proportion des ventes de véhicules diesel, qui émettent 20 % de CO2 en moins que l’essence. A cet égard, nous avons toujours défendu la neutralité technologique. Les nouveaux [moteurs] diesel sont dotés de dispositifs antipollution coûteux, qui leur permettent d’être mesurés en réalité au même niveau que l’essence pour les particules et les Nox. Mais ce n’est pas notre premier combat en ce moment », ajoute-t-il.

Source : ECHOS (14/2/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.