Fermer
Japon

Changements à la tête de Suzuki et coupes salariales après l’aveu d’irrégularités

Le #Dirigeant - #Emissions - #Suzuki
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Suzuki, qui a révélé avoir testé de façon inappropriée les performances de ses véhicules, a annoncé des changements à sa tête, d’importantes réductions de salaires et des mesures pour éviter les récidives.

Osamu Suzuki (86 ans), qui avait passé la main l’an dernier à son fils après 37 ans aux commandes, a décidé de renoncer à ses autres fonctions au sein de l’entreprise, hormis celle de président du conseil d’administration. Osamu Honda, directeur de la division technologique, va quant à lui abandonner son poste. Ces changements seront avalisés lors de l’assemblée générale des actionnaires prévue le 29 juin.

Les dirigeants vont renoncer à leurs primes et voir leurs rémunérations réduites de 20 % à 40 % pendant une période de six mois. Cette forme d’autopunition est courante dans les entreprises japonaises, dont la hiérarchie veut ainsi montrer qu’elle prend sa part de responsabilité dans les fautes commises.

Le groupe va par ailleurs décider de sanctions disciplinaires, « intensifier l’éducation et la formation des ingénieurs » et « promouvoir l’utilisation du système de lanceur d’alerte », pour tenter de prévenir de tels problèmes à l’avenir.

Au lieu de procéder à des tests en conditions réelles, comme l’exige pourtant la réglementation, Suzuki avait avoué à la mi-mai avoir compilé différentes valeurs disparates (pneus, freins…) mesurées en laboratoire, pour évaluer la consommation de carburant et les émissions polluantes de ses véhicules, une pratique qui remonte à 2010. Le constructeur a cependant démenti avoir agi ainsi pour embellir ses données, mais elle a admis des raisons économiques, mettant en avant un manque de ressources après la crise financière internationale de 2008. En tout, 26 modèles commercialisés au Japon sont concernés, dont 12 fabriqués pour des marques différentes, pour un total de plus de deux millions de voitures. (AFP 8/6/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.