Fermer
France

Carlos Tavares veut revoir la gouvernance de la filiale chinoise du Groupe PSA

Analyse de presse de 14H00 - Le #Carlos Tavares - #Changan - #Dongfeng - #DPCA - #Groupe PSA
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Alors que le Groupe PSA a publié les meilleurs résultats de son histoire en 2018, avec une marge opérationnelle culminant à 7,7 %, la situation ne s’améliore pas en en Chine, où il possède deux coentreprises : DPCA, avec Dongfeng, qui commercialise les marques Peugeot et Citroën ; et CAPSA, avec Changan, qui fabrique des DS. L’an dernier, les ventes cumulées de ces trois marques ont chuté de 32 %. Depuis le point haut de 2015, à 736 000 unités, les ventes ont chuté de 64 %. En janvier, elles ont encore reculé de 63 % par rapport à l’année précédente.

Pour redresser la barre, la priorité porte sur DPCA, qui réalise l’immense majorité des ventes dans le pays. Le président de PSA Carlos Tavares veut tout revoir, de la politique commerciale à la communication des marques, en passant par la politique des prix. Le réseau de distribution a été, déjà, largement rénové. Mais ce n’est pas suffisant. En cause, selon M. Tavares, la gouvernance de la coentreprise. « La JV à 50/50 ne fonctionne pas actuellement. Lorsque le comité exécutif décide, la décision doit s’appliquer. Ce n’est pas le cas aujourd’hui », déplore-t-il. Conséquence : une trop grande lenteur.

« Opérationnellement, toutes les JV ne fonctionnent pas à 50/50, mais avec une seule direction d’un des deux partenaires », indique le dirigeant français. L’objectif est donc de revoir cette gouvernance. A partir de 2022, la législation chinoise permettra, également, d’opérer en pleine propriété pour les groupes étrangers en Chine. Ce qui semble exclu pour PSA : son partenaire au sein de DPCA, Dongfeng, est également directement actionnaire de PSA, avec 12,23 % de son capital.

Quelles que soient les décisions prises, le redressement prendra du temps. La production chez DPCA a atteint 253 000 véhicules l’an dernier, alors que la capacité de production des usines est de 840 000 unités. Une des solutions envisagées pour remplir ces usines chinoises consiste à exporter certains véhicules vers les Etats-Unis. Carlos Tavares a annoncé le retour de Peugeot sur le marché américain, sans usine locale. Mais l’approvisionnement dépendra de l’évolution des négociations commerciales entre les autorités chinoises, européennes et américaines.

Source : FIGARO (11/3/19)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.