Fermer
France

Carlos Tavares met en garde contre la pression inflationniste du prix des batteries

Analyse de presse de 14H00 - Le #Batterie - #Carlos Tavares - #CO2 - #Emissions
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Le président du Groupe PSA Carlos Tavares estime qu’entre 20 % et 40 % du mix de ventes du groupe devra être électrifié pour répondre aux futures normes d’émissions de CO2 qui seront votées au Parlement européen le 3 octobre 2018. Il considère raisonnable la position des députés européens allemands, qui souhaitent abaisser de 30 % ces objectifs, contrairement à la commission Environnement de l’instance européenne, qui préconise une réduction de 45 %. « C’est une position responsable qui a le mérite de ramener à la raison un certain nombre de députés. Nous devons être conscients que des députés de pays sans industries automobiles puissent voter des positions difficilement assumables par des pays où l’industrie automobile est puissante », indique M. Tavares.

« Que vont devenir les 400 milliards d’euros de recettes fiscales en Europe et 37 milliards d’euros en France liées aux carburants », se demande par ailleurs le dirigeant.

Plus globalement, c’est l’équilibre économique de la filière de l’électrique qui doit être envisagé. Une augmentation de l’offre en véhicules électrifiés va apporter des tensions et une pression inflationniste sur le prix des batteries. Or, la production de ces mêmes batteries est pour l’instant toujours aux mains d’industriels asiatiques. Pour limiter cette tension, le président du Groupe PSA milite pour l’émergence d’un champion européen de la batterie afin « de ne plus envoyer hors d’Europe 40 % de la valeur d’un véhicule électrique ».

La question du nombre des infrastructures de bornes de recharge, qui relèvent de la responsabilité des Etats, reste également posée, tout comme celle de la production d’électricité. Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie, a déclaré lors de la conférence d’ouverture du Mondial de l’Automobile qu’au-delà de 20 % de pénétration de véhicules électriques dans une ville, les limites des réseaux électriques étaient atteintes.

Source : JOURNALAUTO.COM (2/10/18)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.