Fermer
Etats-Unis

Carlos Ghosn estime que les constructeurs automobiles s’adapteront aux règles de l’AdministrationTrump

Le #Gouvernement - #Nissan
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Carlos Ghosn, président de Renault-Nissan, estime que les constructeurs automobiles s’adapteront aux règles du jeu qu’imposera l’Administration américaine du président élu Donald Trump, qui vient encore de s’attaquer à deux acteurs du secteur cette semaine.

« Nous sommes pragmatiques, nous nous adapterons à n’importe quelle situation, à la condition que ce soit la même règle pour tous », a indiqué M. Ghosn lors d’une conférence de presse au salon de l’électronique grand public de Las Vegas (CES). « Tous les constructeurs automobiles vont regarder très attentivement à partir du 20 janvier ce qui va être la nouvelle politique, quelles vont être les règles (…) en Amérique du Nord, et nous les respecterons », a-t-il assuré. « Jusqu’ici les règles, c’était l’Aléna », l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique », a-t-il rappelé. « Maintenant, si l’Aléna devait changer, nous nous adapterions évidemment aux nouvelles règles ».

L’Aléna permet aux constructeurs automobiles, sous certaines conditions et sans droits de douane, d’exporter vers les Etats-Unis des marchandises produites au Mexique. Donald Trump l’avait toutefois attaqué à plusieurs reprises durant sa campagne, promettant de le renégocier ou de le dénoncer purement et simplement. M. Trump vient de menacer General Motors et Toyota de représailles douanières s’ils construisaient au Mexique des voitures destinées aux Etats-Unis.

M. Ghosn était interrogé sur la manière dont les constructeurs pourraient gérer une éventuelle fermeture des frontières américaines par le futur président. « Rien ne s’est passé jusqu’ici », a-t-il noté. « Aujourd’hui j’ai l’impression qu’il y a plus de suppositions, de craintes, de nervosité que de choses réelles », a-t-il relevé. « Ce que j’entends dans le programme du président élu, ce sont deux choses : l’Amérique d’abord, et les emplois aux Etats-Unis. (…) Il n’y a rien d’incompatible avec ce que nous faisons ». Il a souligné que dans « beaucoup d’autres pays » du monde, les voitures vendues étaient fabriquées sur place, citant l’exemple de la Chine ou de l’Inde. « Et les emplois aux Etats-Unis, cela signifie que nous devons tous faire attention à construire suffisamment de voitures aux Etats-Unis pour fournir le marché américain. Ce qui n’est pas le problème. Vous savez que nous avons la plus grande usine, non seulement des Etats-Unis, mais des Amériques, dans le Tennessee », a-t-il assuré. « Notre inquiétude, c’est les nouvelles capacités, où nous allons mettre les nouvelles capacités à l’avenir. Avant de prendre ce genre de décision, nous avons besoin de comprendre ce qui va se passer, ce que vont être les échanges économiques entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada, et ce que va être la politique suivie aux Etats-Unis ». (AFP 6/1/17)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.