Fermer
Royaume-Uni

C. Ghosn promet une décision imminente sur de nouveaux investissements de Nissan à Sunderland

Le #Nissan - #Union Européenne - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Carlos Ghosn, président de Nissan, a promis une décision imminente sur de nouveaux investissements dans l’usine britannique de Sunderland, sur fond d’incertitudes après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne.

Nissan annoncera « le mois prochain » s’il va continuer à l’avenir à fabriquer ses 4×4 urbains Qasqhai à Sunderland », a indiqué M. Ghosn à l’occasion d’une table ronde avec quelques journalistes au siège du constructeur à Yokohama. La décision porte sur la nouvelle génération du Qashqai, attendue en 2019-2020, mais dont la fabrication exige dès maintenant d’importants investissements industriels.

Fin septembre, M. Ghosn avait prévenu qu’il souhaitait que le gouvernement britannique s’engage sur des « compensations » à l’imposition d’éventuelles barrières douanières dans la foulée du Brexit avant tout nouvel investissement. « Le fait est que Sunderland est une usine européenne basée au Royaume-Uni, 80 % de la production est exportée », a-t-il rappelé.

Toutefois, M. Ghosn a semble-t-il été rassuré par sa rencontre, mi-octobre, avec la Première ministre britannique Theresa May. « Nous avons très clairement expliqué nos inquiétudes. Nous ne demandons aucun avantage, mais nous ne voulons pas perdre notre compétitivité quelle que soit la teneur des discussions sur le Brexit », a souligné M. Ghosn.

« Je pense que le gouvernement britannique comprend notre position, ils ont assuré qu’ils seraient extrêmement prudents dans les négociations pour préserver la compétitivité de leur industrie et que ce ne serait pas à nous de compenser les effets négatifs », a-t-il poursuivi. « Tant que j’ai cette garantie, je peux envisager l’avenir de Sunderland de manière plus détendue ».

Avec près de 7 000 employés et 2 000 voitures produites par jour, l’usine de Sunderland est le plus grand site industriel de Nissan en Europe. Il y assemble, outre les crossovers Juke et Qasqhai, sa voiture électrique Leaf.

Concernant le nouveau Juke, un investissement de 112 millions d’euros avait été annoncé en septembre 2015, mais cet engagement pourrait lui aussi être remis en cause par le Brexit. (AFP 21/10/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.