Fermer
France

Bosch va augmenter de 50 % les capacités de production de son site de Moulins-Yzeure

Le #Bosch - #Usine
Icone de twitter
ACEA_eu Icone de retweet
RT @ACEA_eu: ➡️ Did you know that more than 146 million Europeans 👩‍🔧 work, directly and indirectly, in the 🇪🇺 industry #automotive
Icone de twitter
CCFA_Auto
Volkswagen veut vendre deux millions d’ID4 👉 ccfa.fr/actualites/vol…  #Véhicule #électrique #Ventes #Volkswagen #automobile #vda #ccfa
Icone de twitter
CCFA_Auto
Skoda a le vent en poupe en Russie 👉 @SkodaFrance ccfa.fr/actualites/sko…  #Russie #Skoda #Ventes #automobile #vente #marché
VOIR SUR TWITTER

Bosch France a signé ce qu’il appelle un « accord d’investissement » avec les représentants du personnel (CFDT et FO) de l’usine de Moulins-Yzeure (Allier), où sont fabriqués des systèmes de freinage (ABS, ESP®) et de nouveaux systèmes dits « intelligents ». Intégré au groupe Bosch il y a vingt ans, ce site emploie quelque 300 salariés et fournit la plupart des usines des constructeurs français installées en France, Espagne, Italie, Roumanie, République tchèque et Turquie.

D’après Heiko Carrie, président de Bosch France, cet accord permettra à Moulins-Yzeure de gagner en compétitivité « et de faire face à un marché automobile de plus en plus concurrentiel ». Afin d’adapter l’activité du site à celle de ses clients, il institue plus de flexibilité du temps de travail hebdomadaire grâce à une utilisation accrue des comptes temps collectifs dans lesquels sont placés une partie des heures de RTT des salariés. Ces comptes temps ont été mis en place dans le cadre d’un précédent accord signé en 2013. A l’époque, les raisons invoquées étaient de « pérenniser l’activité du site sur plusieurs années ». Ils ont permis d’éviter les périodes de chômage technique. Dix-huit millions d’euros ont été investis et la production a augmenté de plus de 20 % entre 2013 et 2016.

Aujourd’hui, le nouveau document est plutôt destiné à absorber plus facilement les pics de production en facilitant la compensation des heures travaillées au-delà des 35 heures hebdomadaires. Le volet social comprend aussi une « maîtrise des coûts salariaux via une modération salariale partielle ». «Nous sommes conscients des efforts consentis par nos collaborateurs qui ont pris acte des défis qui se posaient au site en termes de compétitivité », souligne le directeur de cette usine, Thomas Klabunde. En contrepartie, le groupe prévoit des investissements – dont le montant n’est pas révélé – et surtout le transfert depuis son usine de Blaichach (Allemagne) d’une ligne d’assemblage ESP de génération 9 qui, s’ajoutant aux deux lignes déjà existantes, augmentera les capacités de production de 50 % d’ici à 2020. Pour y préparer le site, des embauches seront réalisées avant fin 2018, au-delà du remplacement des départs à la retraite. (ECHOS 8/11/16)

ABONNEMENT AUX INFO-LETTRES


* La communication de votre email est obligatoire ; à défaut votre abonnement ne pourra être pris en compte. Vos données sont traitées par le CCFA, responsable de traitement, afin de gérer votre inscription et l’envoi de nos infos-lettres. À tout moment, vous pouvez vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet « Se désabonner ici », intégré dans chacune de nos communications. Pour plus d’informations sur vos données et vos droits, veuillez consulter Notre Politique de confidentialité.